•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La chute des Pitounes Volantes, coup de foudre toponymique 2020?

Des mains pointent avec des crayons certains endroits sur une carte géographique.

Depuis deux ans, la Commission de toponymie du Québec invite les Québécois à voter pour leur toponyme coup de foudre.

Photo : Institut culturel Avataq

Pendant que la LNH donnait ses premiers coups de patin de la saison cette semaine, une autre compétition commençait à l’extérieur des arénas - celle du coup de foudre toponymique de l’année. Douze noms s’affrontent. Un seul vaincra. Huit millions de Québécois sont maintenant invités à choisir leur champion.

La grande région de Québec représente une puissance à ne pas négliger dans ce concours organisé par la Commission de toponymie du Québec.

En effet, le tiers des noms en compétition proviennent des régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches.

Les noms en lice

  • Allée du Chafaud, Côte-Nord-du-Golfe-du-Saint-Laurent (Côte-Nord);

  • Chemin des Saumoniers, Saint-Elzéar (Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine);

  • Chute des Pitounes Volantes, Lac-Jacques-Cartier (Capitale-Nationale);

  • Édifice des Chemins-d’Été, Vaudreuil-Dorion (Montérégie);

  • Gueule de la Damnée, Saint-Damase-de-L’Islet (Chaudière-Appalaches);

  • Lac Petapan, Lac-au-Brochet (Côte-Nord);

  • Montagne des Pas de Géants, Saint-Siméon (Capitale-Nationale);

  • Parc des Trois-Bérets, Saint-Jean-Port-Joli (Chaudière-Appalaches);

  • Parc du Ruisseau-du-Pont-à-l’Avoine, Montréal;

  • Place des Rochelais, Matane (Bas-Saint-Laurent);

  • Rue Awacak, Trois-Rivières (Mauricie);

  • Rue des Paillettes-d’Or, Sherbrooke (Estrie).

Pour le photographe, historien et passionné de patrimoine Pierre Lahoud, les propositions soumises au vote populaire, cette année, traduisent toute la poésie des paysages et du passé québécois.

C’est quand même extraordinaire! s’exclamait-il vendredi matin au micro de Première heure. On est loin de l’époque où les urbanistes prenaient un dictionnaire des pierres précieuses pour donner les noms de rue en liste alphabétique!

Parmi ses coups de coeur personnels se trouve la chute des Pitounes Volantes, une cascade située le long d'un ruisseau qui serpente dans le parc national de la Jacques-Cartier.

Le toponyme choisi par la Commission se veut un clin d’oeil aux rondins qui prenaient le chemin de ce cours d’eau à l’époque de la drave.

C’est beau et en plus, ça évoque vraiment une activité traditionnelle. On l’imagine, on voit les pitounes qui revolent et qui revolent!

Pierre Lahoud, historien, photographe, passionné de patrimoine

La rivière Damnée, un affluent de la rivière Ouelle, coule à Saint-Damase-de-l’Islet. Nommée ainsi depuis 1968, ce n’est qu’en 2020 que la Commission a décidé d’accorder un toponyme qui a de la gueule à son embouchure.

À une certaine époque, le diable était partout, rappelle M. Lahoud en référence au temps où l’Église catholique régnait sur le Québec. Des lacs qui évoquent le diable, on en a peut-être une centaine dans la province. Combien de portes de l’enfer a-t-on au Québec?

La Gueule de la Damnée, à son avis, évoque ce passé où la religion était toute puissante.

La montagne des Pas de Géants, qui désigne un mont de 300 m situé près de Saint-Siméon, dans Charlevoix, a un toponyme qui lui donne de la grandeur, selon Pierre Lahoud.

On l’appelle "Pas de Géants" parce qu’on a l’impression qu’il y a des traces de géants sur le flanc de la montagne, explique l’historien.

À Saint-Jean-Port-Joli, le parc des Trois-Bérets se veut un hommage imagé à trois frères sculpteurs, qui exerçaient leur art coiffé d’une faluche.

Cela a valu au trio le surnom "Les trois bérets", écrit la Commission à propos des sculpteurs Médard, d’André et de Jean-Julien Bourgault.

D'autres toponymes originaux du Québec

  • Saint-Damien-de-Buckland a son lac Crève-Faim depuis 1935, qui rend hommage à la légende d'un homme surpris par l'hiver aux abords des eaux et qui périt, faute de nourriture.
  • Le Trou-à-Balle est un hameau de Nouvelle, en Gaspésie, qui regroupait une cinquantaine d'âmes en 2010. Il fut nommé ainsi après qu'un paroissien eut payé la dîme avec des balles de céréales plutôt qu'avec des grains - au grand déplaisir du curé. Ce dernier, exaspéré, avait dénoncé en chaire le ''trou à balle'' pour désigner le stratagème du roublard, appellation qui fut vite en vogue parmi les fidèles.
  • Le lac Cent Dix Piastres rappelle à jamais qu'un Américain a perdu son porte-monnaie (et cette somme) lors d'une expédition de pêche, fin XIXe siècle, dans ces eaux situées au nord-ouest des Escoumins.

Les 12 noms en lice regroupent les coups de coeur de la Commission de toponymie, une liste qu'elle dresse chaque année depuis 2013.

La sélection annuelle souligne l’originalité des toponymes, leur capacité à inspirer des images fortes et leur contribution en matière de promotion du patrimoine culturel.

Depuis l’an dernier, le public est aussi invité à voter pour son coup de foudre, dont le couronnement a lieu à une date symbolique : la Saint-Valentin.

Le public a jusqu’au 9 février pour faire son choix sur ce site.  (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !