•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pétition réclame la démission de la ministre des Services correctionnels

La ministre provinciale des Services correctionnels, Christine Tell, répond aux questions des reporters.

La ministre provinciale des services correctionnels, Christine Tell, explique que son département a appliqué les recommandations sanitaires dans les prisons de la Saskatchewan.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une pétition demandant la démission de la ministre des Services correctionnels de la Saskatchewan, Christine Tell, pour sa gestion de la COVID-19 dans les établissements carcéraux de la province a été remise vendredi à l'Assemblée législative de la Saskatchewan à Regina.

Plus de 1700 personnes et 40 organisations du Canada ont signé la pétition amplifiant ainsi la grogne déjà exprimée depuis deux semaines par l'opposition officielle et des détenus des pénitenciers.

La pétition est présentée par Soolee Dinah Papequash, une femme qui explique que la réponse de la province aux éclosions de COVID-19 dans les établissements l’avait mise en colère.

Nous avons fait un pas en avant et décidé d'être aussi bruyants que possible, indique-t-elle

La critique du Nouveau Parti démocratique (NPD) de la Saskatchewan en matière de justice, Nicole Sarauer, qui a demandé la démission de Mme Tell il y a environ deux semaines, revient à la charge en expliquant que si la ministre n'est pas prête à faire son travail, et nous avons vu de multiples occasions maintenant... alors elle doit se retirer, elle doit démissionner.

Soolee Dinah Papequash et Nicole Sarauer portant le masque discutent pendant qu'une troisième femme positionnée non loin d'elles les regarde.

Soolee Dinah Papequash (à droite) et la critique du NPD en matière de justice, Nicole Sarauer (à gauche) à l'extérieur de l'Assemblée législative de la Saskatchewan à Regina avant le dépôt de la pétition réclamant la démission de la ministre Christine Tell pour sa gestion de la pandémie dans les prisons de la province.

Photo :  CBC / Kirk Fraser

Des recommandations

La pétition de Soolee Dinah Papequash est assortie de plusieurs recommandations au ministère des Services correctionnels pour des changements immédiats.

Ces recommandations comprennent des excuses du gouvernement pour la façon dont les épidémies ont été traitées, la libération du plus grand nombre possible de prisonniers - y compris ceux en détention provisoire ou en voie de libération - et un soutien adéquat pour ceux qui sont libérés.

Elle a également appelé à un investissement immédiat et continu dans les communautés plutôt que dans les prisons, avec pour objectif global de dépasser le système pénal actuel.

Mme Papequash dont le petit-fils séjourne en prison insiste également sur la santé mentale des détenus.

Ill a appelé l'autre soir et il n'avait pas l'air bien. Ce n'est pas dû à la COVID-19, mais à sa santé mentale. Il n'y a pas que lui dont je reçois des appels tous les jours.

 Le Pénitencier de la Saskatchewan à Prince Albert.

Les cas de COVID-19 ont augmenté dans les prisons de la province et des détenus ont observé plusieurs grèves de la faim pour dénoncer la situation.

Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Toujours une priorité

Dans une déclaration préparée, M. Tell a déclaré que la santé et la sécurité des hommes, des femmes et des jeunes à l'intérieur des prisons était toujours une priorité.

Mais Tell a dit qu'elle était préoccupée par le fait que certains détenus essaient d'utiliser la situation comme prétexte pour sortir de prison.

Ce serait rendre un mauvais service aux victimes et violer mon devoir de maintien de la sécurité publique que d'accorder des congés à des détenus qui, autrement, ne répondent pas aux critères stricts de sécurité publique mis en place pour une libération anticipée, selon la déclaration.

Par ailleurs, la ministre Tell indique que le gouvernement a mis en œuvre les mesures COVID-19 recommandées par l'Autorité de la santé de la Saskatchewan et souligne certains changements apportés pour répondre aux préoccupations des détenus.

Elle informe que les détenus disposent de 10 minutes supplémentaires pour les appels téléphoniques. Elle fait remarquer aussi que les masques, le savon et les produits de nettoyage sont fournis gratuitement et qu'un accès contrôlé a été accordé au désinfectant pour les mains.

La ministre promet de continuer de gérer les cas de COVID-19 en gardant à l'esprit la sécurité du public et des détenus en soulignant que le travail réalisé au Pénitencier de Saskatoon a permis de maîtriser la situation.

Nous gérons la pandémie au Centre correctionnel de Regina avec le même niveau d'attention à la santé et à la sécurité, conclut-elle.

Avec les informations de Bryan Eneas

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !