•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des organisations « pas suffisamment noires » écartées d'un programme fédéral

Le ministre Ahmed Hussen dénonce une lettre « complètement inacceptable » envoyée par ses fonctionnaires.

Ahmed Hussein en conférence de presse.

Le ministre du Développement social, Ahmed Hussen, dénonce une lettre «complètement inacceptable» envoyée par ses fonctionnaires.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

La Presse canadienne

Plusieurs organisations des communautés noires se sont vu refuser un financement fédéral dans le cadre d'un programme conçu justement pour les aider, au motif que leur direction n'était « pas suffisamment noire ».

Velma Morgan, présidente d'« Operation Black Vote », a indiqué qu'elle avait reçu mardi un courriel du ministère du Développement social, où elle apprenait que la candidature de l'organisme ne démontrait pas une réelle gouvernance par des personnes qui s'identifient comme noires.

Dans un deuxième courriel, le lendemain, le ministère explique que la demande n'avait pas été approuvée parce qu'on n'avait pas reçu les informations nécessaires pour aller de l'avant, a déclaré Mme Morgan.

Comme si nous étions assez incompétents ou stupides pour croire que le deuxième courriel remplaçait le premier, a déclaré Mme Morgan à La Presse canadienne.

Elle soutient qu'« Operation Black Vote », une organisation multipartite à but non lucratif qui vise à faire élire davantage de personnes noires à tous les ordres de gouvernement, est l'une des cinq organisations noires – au moins – à avoir essuyé un tel refus.

Des conditions spécifiques

Le programme, appelé Appuyer les communautés noires du Canada (ACNC), fournit des fonds à des organisations caritatives et à but non lucratif dirigées par des Canadiens noirs pour les aider à renforcer leurs capacités. Les lignes directrices sur les candidatures indiquent qu'au moins les deux tiers des dirigeants et de la structure de gouvernance doivent être des personnes qui s'identifient comme noires. Le mandat de l'organisation doit également être axé sur le service aux communautés noires.

Mme Morgan a affirmé qu'il n'y avait que des personnes noires dans son équipe. Elle a également soutenu que les autres organisations qu'elle connaît n'auraient pas non plus dû être écartées pour la raison exposée dans la première lettre.

Si vous êtes de la communauté noire, vous savez qu'elles sont dirigées par des personnes noires et axées sur les personnes noires, a-t-elle déclaré.

Hussen rabroue ses fonctionnaires

Le ministre du Développement social, Ahmed Hussen, a rapidement indiqué jeudi que la lettre initiale envoyée par son ministère aux candidats non retenus était complètement inacceptable et qu'il avait exigé une rétractation immédiate dès qu'il l'avait vue.

Dans une enfilade sur Twitter, jeudi soir, le ministre Hussen a écrit qu'il avait rencontré ses fonctionnaires pour discuter de la manière dont une telle erreur aurait pu se produire et qu'il avait mis en oeuvre de nouvelles mesures pour faire en sorte que cela ne se reproduise plus jamais.

Je continuerai de travailler avec les organisations canadiennes noires pour améliorer nos systèmes, a déclaré M. Hussen, qui a également mentionné les obstacles systémiques auxquels il a lui-même été confronté en tant que personne noire.

Vendredi, le ministère n'a pas répondu aux questions sur les raisons de cette situation et sur ce que les fonctionnaires prévoient de faire ensuite.

Selon Mme Morgan, le gouvernement libéral devrait embaucher plus de personnes noires pour siéger à chaque table de prise de décisions.

Voilà un triste exemple de ce qui se passe lorsque nous ne sommes pas représentés.

Velma Morgan, présidente d'« Operation Black Vote »

L'« Ontario Black History Society », un organisme de bienfaisance enregistré qui se consacre à l'étude, à la préservation et à la promotion de l'histoire et du patrimoine des Noirs, est l'un des groupes qui ont reçu les deux lettres. Dans une déclaration envoyée par courriel, l'organisation a indiqué que le ministère n'avait fourni aucune raison pour laquelle sa demande avait été rejetée en dehors du contenu des deux lettres.

L'ancienne députée fédérale Celina Caesar-Chavannes, qui a quitté le caucus libéral plusieurs mois avant les élections de 2019 pour siéger en tant qu'indépendante, a affirmé que bon nombre des organisations n'ayant pas reçu de financement préféraient ne rien dire publiquement. Elle a soutenu que ces organisations craignaient que le fait de s'exprimer conduise le gouvernement à leur refuser d'autres possibilités de financement.

Pourquoi ces organisations devraient-elles avoir peur d'essayer de s'exprimer quand quelque chose ne va pas?, a fait valoir Mme Caesar-Chavannes, qui a publié des copies des lettres du ministère sur Twitter après les avoir obtenues directement des organisations.

Mme Morgan a souligné que la lettre était également arrivée après des mois d'attente, alors que son organisation avait demandé une aide pour acheter du matériel et moderniser ses installations en juin. Elle a indiqué que les organisations avaient été informées qu'elles recevraient une réponse en septembre, mais n'ont reçu aucune réponse avant cette semaine.

Nous ne recevons pratiquement pas d'argent du gouvernement, a-t-elle dit, tout en ajoutant que le rejet n'affectera pas la capacité de son groupe à fonctionner.

Il y a des organisations qui travaillent avec les plus vulnérables de notre communauté en ce qui a trait à la santé mentale ou à la pauvreté, et ce sont les types d'organisations qui ont besoin de financement pour augmenter leur capacité.

La lauréate du prix Viola-Desmond, la députée fédérale indépendante Celina Caesar-Chavannes à Ottawa en avril dernier.

La lauréate du prix Viola-Desmond, la députée fédérale indépendante Celina Caesar-Chavannes à Ottawa en avril dernier.

Photo : The Canadian Press / Sean Kilpatrick

Mme Caesar-Chavannes a affirmé que le nombre d'organisations qui l'ont contactée a augmenté depuis qu'elle a publié sur le sujet sur Twitter.

C'est déshumanisant de devoir continuer à prouver [notre appartenance à la communauté noire]. Combien d'obstacles différents devons-nous franchir?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !