•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enfant tué dans une fusillade : des policiers qui ont fait feu n’ont pas été interviewés

Un véhicule de police, derrière un barrage routier, une journée brumeuse.

L'incident s'est déroulé à Kawartha Lakes en novembre. (archives)

Photo : Radio-Canada / CBC

Radio-Canada

Trois policiers impliqués dans une fusillade qui a causé la mort d’un bébé et de son père - et qui ont utilisé leur arme de service durant l’incident - n’ont toujours pas été interviewés par les enquêteurs de l’Unité des enquêtes spéciales (UES) de l’Ontario.

C’est ce qu’a confirmé l’UES vendredi en après-midi. L’incident a eu lieu à Kawartha Lakes le 26 novembre 2020.

Les trois officiers concernés, qui ont été désignés comme tels sur la base d'informations selon lesquelles ils ont chacun déchargé leur arme à feu au cours de l'incident, ne se sont pas encore prévalus de la possibilité d'être interrogés, a déclaré l'UES dans un communiqué de presse vendredi.

L'Unité a noté que les officiers concernés n'ont aucune obligation légale de donner leur version des faits. Ils sont autorisés à le faire.

Les enquêteurs de l’UES ont jusqu'à présent interrogé 18 officiers témoins et 14 témoins civils.

Il est compréhensible qu'il y ait un intérêt public pressant dans cette affaire, y compris la façon dont l'enfant est mort et si c'est le père ou des officiers de la PPO qui ont causé sa mort, peut-on lire dans le communiqué.

L’UES travaille à déterminer ces faits. Ce faisant, il est impératif que les meilleures pratiques d'enquête soient strictement respectées, y compris l'enchaînement des différents examens médico-légaux dans le bon ordre.

Quatre armes à feu - deux fusils et un pistolet appartenant à la police, ainsi qu'une arme de poing provenant de l'intérieur d'une camionnette sur les lieux - ont été soumises au Centre des sciences médico-légales (CFS), ainsi qu'un certain nombre de douilles trouvées sur la scène.

Un expert a effectué une analyse de sang à l'intérieur d'une camionnette conduite par le père et le CFS a terminé son analyse de la camionnette. Le véhicule a été remis à la SIU, qui le recherche pour trouver d'autres preuves.

L'agence attend également les résultats des examens post-mortem effectués sur le bébé et le père. Une autopsie de l'enfant a été faite le 28 novembre et celle du père le 4 décembre.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !