•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Whitehorse aimerait être candidat aux élections territoriales

Dan Curtis.

Dan Curtis est maire de Whitehorse depuis 2012.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Le maire de Whitehorse, Dan Curtis, a annoncé jeudi son intention de briguer l’investiture de la circonscription Whitehorse-Centre en vue des élections territoriales à venir.

Il est le premier candidat sous la bannière libérale, le parti au pouvoir, à se faire connaître.

Il admet d’emblée en entrevue que cette annonce pourrait en faire sourciller certains. Je suis convaincu que [cette annonce] occasionnera de nombreuses questions et interrogations sur comment un maire peut se présenter à une élection tout en gardant l’intégrité non partisane d’un rôle de maire.

La Loi sur les municipalités du Yukon (Nouvelle fenêtre) prévoit qu’un élu municipal doit quitter son poste qu’une fois élu député.

Je suis très conscient que certains penseront qu’il s’agit peut-être d’une corde raide, mais j’ai toujours su marcher cette corde adéquatement.

Dan Curtis, maire de Whitehorse

Dan Curtis rappelle qu’il n’est pas encore candidat et qu’advenant que quelqu’un d’autre se présente et remporte l'investiture, il pourrait terminer son mandat.

Les élections municipales sont prévues à l’automne, et Dan Curtis souhaite que des candidats potentiels à la mairie commencent dès maintenant leur réflexion.

Surprise au conseil municipal

Les conseillers de la Ville de Whitehorse, Jan Stick et Samson Hartland, disent tous deux avoir été surpris par l’annonce jeudi.

Je ne m’attends pas à ce qu’il abandonne son poste, dit l’ancienne députée néo-démocrate Jan Stick, mais certainement, une fois les élections déclenchées, il ne pourra pas à la fois être maire et faire campagne .

D’ici là, elle n’entrevoit pas de grand enjeu. Les conseillers municipaux, souligne-t-elle, ont le devoir de se garder l’un et l’autre à l'œil. Maintenant, ses intentions sont connues et c’est une bonne chose.

Le conseil municipal de Whitehorse

Le conseil municipal de Whitehorse compte six postes de conseillers et un poste de maire. (archives)

Photo : Radio-Canada / Mike Rudy

Samson Hartland, conseiller municipal et directeur de la Chambre des mines du Yukon, admet lui-même réfléchir à son avenir politique. Il y a une structure déjà en place advenant qu’on ait besoin que quelqu’un remplisse le rôle de maire ou le rôle de maire adjoint.

Ce dernier croit par ailleurs que les citoyens se feront entendre s’ils ont des préoccupations.

À Dawson, le maire Wayne Potoroka affirme que la situation n’a rien d’étonnant pour un élu au Yukon, « que ce soit en raison de son employeur ou des organisations avec lesquelles ils sont impliqués ».

Tous les élus municipaux doivent jongler avec ces questions tout le temps et généralement ce n’est pas à savoir s’il y un réel conflit d’intérêt, mais plutôt des perceptions [qui remettent en question] votre habileté à remplir votre rôle.

Wayne Potoroka, maire de Dawson

Le maire soutient qu’il faut alors s'en remettre à ses collègues du conseil municipal, aux dirigeants de la ville, ou tout simplement à son instinct.

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !