•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Gros plan de Pierre Arcand.

Pierre Arcand, député du PLQ, est un des politiciens qui ont quitté le Québec durant la période des fêtes.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La question est sur plusieurs lèvres dans les rangs libéraux : Dominique Anglade souhaite-t-elle une élection partielle d’ici la fin du mandat?

Dans son entourage, la réponse est claire : c’est non. Mais n’empêche. Le traitement réservé à l’ancien chef du Parti libéral du Québec, Pierre Arcand, qui a passé quelques jours à la Barbade pendant les fêtes, a soulevé des doutes et du mécontentement au sein du caucus.

Pierre Arcand, c’est une soie, dit un député libéral qui souligne ses états de service. Ce n’est peut-être pas le plus flamboyant du groupe, ajoute-t-il, mais son jugement est sûr. Un autre salue son calme, son intelligence et ses interventions toujours structurées. En fait, c’est un des rares, ces jours-ci chez les libéraux, à être apprécié et respecté de l’ensemble des députés au caucus.

La décision de Dominique Anglade de retirer les fonctions de porte-parole en matière de transports et pour la Métropole à ce député vétéran a donc fait beaucoup de vagues à l’interne. D'autant qu’elle ne lui avait pas interdit de voyager.

Ça a été excessivement déchirant, dit un député proche de la cheffe, tout le monde aime Pierre, et son parcours est exemplaire.

Mais les libéraux, obsédés par l’idée de redorer leur image, croulaient sous la pression populaire. La cheffe Anglade a d’abord demandé à son député de se retirer de ses fonctions; il a refusé. Elle a donc tranché et a interrompu ses vacances pour justifier sa décision dans une série d’entrevues au lendemain du jour de l’An.

L’erreur de jugement est trop importante, dit un de ses conseillers, mais on voulait garder Pierre Arcand au caucus et surtout ne pas l’humilier.

Un test de leadership

Plusieurs libéraux, députés et militants, ont vu dans la décision de Mme Anglade un coup monté. Une façon de libérer une circonscription gagnante. Le nom de l’ancien sénateur André Pratte a même circulé comme candidat pressenti. Il est vrai que M. Pratte a eu des contacts avec plusieurs élus avant les fêtes pour sonder l’intérêt de son éventuel engagement au PLQ, mais il n’a jamais été question d’une candidature et encore moins d’une candidature précipitée.

La cheffe libérale Dominique Anglade, en conférence de presse.

La cheffe libérale Dominique Anglade

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Il reste que Pierre Arcand a effectivement failli démissionner. Selon un de ses proches, il est très affecté, ébranlé par le châtiment. Mais son téléphone a sonné, sa réflexion a évolué et, malgré le choc, il a finalement pris la parole au caucus mercredi dernier pour dire qu’il restait.

Dominique Anglade a pris un risque énorme, dit un ancien ministre qui a servi sous Jean Charest, parce que les circonscriptions sûres n’existent plus. Et l’ancien premier ministre en sait d’ailleurs quelque chose.

En 2004, quand Christos Sirros, fâché de ne pas avoir été nommé ministre, quitte la politique, c’est la jeune péquiste Elsie Lefebvre qui crée la surprise et gagne l’élection partielle dans le château fort libéral de Laurier-Dorion.

Selon un autre ancien ministre, Dominique Anglade aurait pu et dû défendre le chevronné Pierre Arcand. Être chef, dit-il, c’est aussi prendre des coups pour l’équipe, elle n’avait qu’à dire qu’il en rendrait compte devant ses électeurs.

L’avenir de Youri Chassin

Pendant ce temps, le premier ministre François Legault a choisi de se tenir à carreau. Au moment où on apprenait que Pierre Arcand était à la Barbade, le député caquiste de Saint-Jérôme Youri Chassin était au Pérou.

François Legault a toutefois choisi de poursuivre ses vacances et, visiblement, la conversation politique a changé.

Le premier ministre a donné deux points de presse depuis la rentrée et aucun journaliste n’a posé de question sur l’avenir du député Chassin, qui est rentré paisiblement de son voyage il y a quelques jours.

En coulisse, on précise que M. Legault protégera son député.

Une position qui pourrait encourager Dominique Anglade à réhabiliter rapidement Pierre Arcand et ainsi espérer ne pas trop avoir miné le moral de son caucus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !