•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

509 nouveaux cas et 9 décès dus à la COVID-19 en 24 heures en C.-B.

Des gens assis sur des marches alors que d'autres marchent.

Les autorités de la santé de la Colombie-Britannique demandent aux Britanno-Colombiens de ne pas oublier le chemin parcouru ces derniers mois pour freiner la transmission du coronavirus et de continuer à respecter les restrictions en vigueur.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms (CBC)

Les autorités de la santé de la Colombie-Britannique font état de 9 décès et 509 infections supplémentaires au SRAS-CoV-2. D'autre part, elles tentent de déterminer avec Ottawa l'impact du retard des livraisons annoncé par Pfizer.

Vendredi, le bilan de la pandémie dans la province était de 60 117 infections au virus qui cause la COVID-19 et de 1047 morts de la maladie.

Dans leur communiqué de presse, les autorités relèvent qu’il y a 4604 cas actifs et que 7132 personnes sont sous surveillance, car elles ont été exposées au virus. Cependant, elles soulignent aussi que 53 115 personnes ne sont plus infectées.

Par ailleurs, une seule éclosion dans un établissement de soins est à signaler. Celle-ci s’est produite à Hilltop House à Squamish.

Les gens de la Colombie-Britannique commencent enfin à voir la lumière au bout du tunnel.

Les autorités de la santé de la Colombie-Britannique

Des retards dans l’acheminement du vaccin

Depuis le début de la campagne de vaccination en décembre, 75 914 Britanno-Colombiens ont le reçu le vaccin. Toutefois, il faut s’attendre que le rythme soutenu de vaccination qu’espéraient les autorités sanitaires ne soit pas maintenu.

Une injection de vaccin contre la COVID-19 de Pfizer-BioNtech.

Une injection de vaccin contre la COVID-19 de Pfizer-BioNtech

Photo : Getty Images / Fredrik Lerneryd

En effet, le gouvernement fédéral a annoncé que le géant pharmaceutique Pfizer réduira les envois de vaccins au Canada, car il travaille sur ses installations de production en Belgique. Cela signifie que le Canada recevra à peine la moitié des doses attendues d’ici mars.

Une décision qui déçoit le ministre de la Santé de la Colombie-Britannique, Adrian Dix, et sa médecin hygiéniste en chef, la Dre Bonnie Henry.

Les autorités de la santé provinciales affirment travailler en étroite collaboration avec Ottawa pour déterminer l’impact sur le déploiement immédiat de la vaccination. Elles communiqueront à ce sujet dans les prochains jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !