•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les règles du N.-B. sont un casse-tête pour les patients d'une clinique dentaire

Pour une simple visite chez le dentiste, des Néo-Brunswickois doivent s'isoler pendant deux semaines.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une employée d'une clinique dentaire prend des photos des dents d'un patient.

30 % de la clientèle de la Clinique dentaire Interprovincial habite au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Radio-Canada

Le resserrement par le gouvernement du Nouveau-Brunswick de ses restrictions sur les traversées de sa frontière commune avec le Québec touche directement les clients d’une clinique dentaire de Pointe-à-la-Croix, en Gaspésie.

Les clients néo-brunswickois de la Clinique dentaire Interprovincial, située près de la frontière entre le Québec et le Nouveau-Brunswick, doivent maintenant s’isoler pendant 14 jours dès qu’ils rentrent chez eux après une visite chez le dentiste. Ils doivent aussi passer deux tests de dépistage de la COVID-19.

Les exigences du gouvernement du Nouveau-Brunswick ont pris de court les dentistes de Pointe-à-la-Croix.

On l'a su parce que l'une de nos patientes nous a appelés pour dire qu'elle devait se mettre en quarantaine. On ne le savait pas avant, explique la docteure Marie-Josée Chabot. Ensuite, à la frontière, ils nous ont avisés que nos patients devront se mettre en quarantaine et subir les tests.

Marie-Josée Chabot photographiée à l'extérieur le 15 janvier 2021.

La docteure Marie-Josée Chabot, dentiste à la Clinique dentaire Interprovincial, à Pointe-à-la-Croix au Québec.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Dans cette clinique qui prend très au sérieux les précautions sanitaires, c'est plus de 30 % de la clientèle qui habite au Nouveau-Brunswick.

On a avisé nos patients du Nouveau-Brunswick que, pour l'instant, on le verrait pas parce qu'on ne veut pas ça pour eux autres de se mettre en quarantaine pendant 14 jours et subir deux tests de COVID. Par contre, il y a des patients qui ont choisi quand même de se déplacer, relate la dentiste.

Nadine Poirier fait partie de cette dernière catégorie. Elle amènera sa fille à la clinique de la docteure Chabot la semaine prochaine pour un court, mais important suivi en orthodontie.

Il y a des travailleurs qui traversent à tous les jours pour travailler, qui ne portent pas d'équipement protecteur, mais qui peuvent traverser et ne pas s'isoler. Et nous autres, on va à un rendez-vous de 20 minutes, puis il faut abandonner deux semaines de notre vie , déplore Mme Poirier.

Nadine Poirier photographiée à l'extérieur le 15 janvier 2021.

Nadine Poirier est une résidente de Campbellton au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Les deux partenaires de la Clinique dentaire Interprovincial de Pointe-à-la-Croix ont envoyé une lettre à la docteure Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, afin d'exprimer leur incompréhension.

On a le même but que la santé publique, on veut protéger nos patients, insiste la docteure Chabot. On a mis des mesures en place pour que tout le monde soit protégé, pour ne pas que personne n’attrape le virus à la clinique. Donc, on trouve ça injuste.

D’après le reportage de Serge Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !