•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec championne provinciale du marché immobilier

Une affiche d'agent immobilier qui indique la vente d'une maison à Québec.

Les ventes sur le marché immobilier ont augmenté de 28 % à Québec et de 17 % dans la province.

Photo : Radio-Canada

L’année 2020 aura été celle de tous les records en immobilier, et la région métropolitaine de Québec arrive en tête de lice dans la province avec une augmentation des ventes résidentielles de 28 %.

Les hausses les plus marquées sont pour les ventes de copropriétés et de petits immeubles de logements avec des augmentations qui frôlent les 40 %, alors que les ventes d’unifamiliales ont grimpé de 24 % dans les douze derniers mois.

Même si tous les marchés ont été extrêmement actifs, la région métropolitaine de Québec détient vraiment la plus forte croissance, confirme Charles Brant, directeur de l’analyse du marché à l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ).

Selon le spécialiste, la région de la Capitale s’est démarquée notamment en raison de l’augmentation des revenus disponibles des ménages, plus rapide que dans plusieurs autres régions, et de la hausse des prix des immeubles, vraiment plus modérée à Québec qu’ailleurs.

Il souligne au passage la région de Charlevoix, où les ventes ont pratiquement doublé par rapport à 2019.

Surprise générale

Charles Brant avance que l’effervescence du marché a surpris tout le monde au cours de cette année d’exception marquée par la pandémie de COVID-19.

Après quelques mois d’incertitude liée au confinement du printemps, l’année 2020 n’a pas cessé d’enfiler les records depuis le deuxième trimestre. À l’échelle du Québec, le dernier record remontait à l’an dernier et il a été fracassé avec plus de 112 000 ventes, soit une augmentation de 17 %.

Selon l’analyste, l’année 2020 sera difficile à battre à court terme. C’est sûr que pour 2021 on prévoit un petit ressac du fait que le marché a évolué tellement vite que la disponibilité des propriétés sur le marché commence à devenir moins évidente.

La pandémie qui perdure est évidemment la principale cause d’incertitude pour l’année qui s’amorce. Charles Brant soutient néanmoins que la région de Québec est bien positionnée pour mieux résister à un choc économique avec son économie assez robuste et ses nombreux emplois dans les secteurs gouvernementaux et institutionnels.

Si la croissance économique est moins forte et que le chômage a tendance à stagner ou à augmenter, c’est sûr que ça va avoir un impact négatif sur le marché. Mais en ce qui concerne Québec, je pense que si ça devait arriver, c’est un des marchés qui va rester le plus robuste.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !