•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les producteurs en serre prévoient une autre saison de jardinage achalandée

Deux travailleurs montrent un étalage de plants.

Les travailleurs guatémaltèques ont reçu 70 000 plants cette semaine.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Gilles Munger

Les producteurs en serre du Saguenay-Lac-Saint-Jean se préparent à une nouvelle année de ventes exceptionnelles en contexte de pandémie. Ils prévoient une demande accrue de légumes et de fines herbes pour la consommation alors que les gens risquent encore de demeurer chez eux une bonne partie de l'été.

La présidente des Serres Belle-de-Jour, Gisane Savard, rappelle qu'avec 3 millions de plants par année, la coopérative de travailleurs de Saint-Nazaire produit pendant 12 mois. Les plants sont principalement destinés aux magasins Costco et Ferlac. C'est à peu près la même chose que l'année passée qu'ils ont pris, mais on ne les a comme pas écoutés. On a dit : ''ce n'est pas vrai, ils vont vendre plus'' , précise-t-elle.

Des contenants de semis.

Les premières fines herbes du printemps commencent à pousser.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

À la Pépinière Boréalis de Jonquière, l'entreprise fera passer sa production de 50 000 à 72 000 plants grâce à un agrandissement maintenant terminé.

L'année passée, on se faisait vider nos serres, donc le but c'est vraiment d'être capable d'approvisionner le plus de clients possible. On a commandé plus de semences, on a commandé plus de boutures, de choses pour partir nos plants , indique le propriétaire Mathieu Ouellette.

La pandémie a entraîné un engouement nouveau pour tout ce qui est comestible selon Denise Turcotte, copropriétaire des Serres Louise Turcotte de Saint-Honoré. On avait produit beaucoup plus de plants de légumes, de plants de fines herbes, alors ça, ça va continuer.

Des laitues poussent dans une serre.

Les produits comestibles comme les laitues sont plus populaires que jamais.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Les producteurs en serre constatent aussi que la pandémie a réduit grandement la moyenne d’âge de leur clientèle.

La clientèle qu'on croyait perdue, les 18-25 ans, ils sont au rendez-vous. Il faut donner beaucoup d'enseignement pour fidéliser cette génération-là.

Rébecca Rouleau, copropriétaire des Serres Dame Nature et d’Herbes du lac

Pour répondre à la clientèle qui réclame différentes variétés de menthe, de basilic ou de concombres, la copropriétaire des Serres Dame Nature et d’Herbes du lac, Rébecca Rouleau, ajoute que l’entreprise a fait des choix stratégiques. Optimiser nos espaces et donner à contrat ce qui était moins intéressant pour nous pour aller chercher plus de volume , précise-t-elle. L'entreprise produit 500 000 plants de toutes sortes chaque année.

Possibles pénuries

Les producteurs recommandent d'acheter tôt les pommiers, les pruniers ou les framboisiers. Mathieu Ouellette indique que les producteurs ont vendu toute leur production l'année dernière. Ça prend trois ou quatre ans à refaire des greffes, refaire des plants. On ne dit pas qu'on n'a pas d'arbres fruitiers, mais on en a beaucoup moins que l'année passée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !