•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de Cindy Gladue : un ancien collègue de l’accusé témoigne

Gros plan sur la balance que porte la statue de la Justice.

Le procès de Bradley Barton devant jury devrait durer 34 jours.

Photo : iStock

La cinquième journée du deuxième procès de Bradley Barton, accusé d’homicide involontaire après la mort de Cindy Gladue en juin 2011, a commencé avec les témoignages de l’ancien directeur général du motel où a eu lieu le drame, et d'un ancien collègue de l’accusé.

Erratum

Une version précédente de ce texte mentionnait, à tort, qu'il s'agissait d'un meurtre alors que les accusations parlent plutôt d'homicide involontaire.

L’audience a débuté vendredi matin avec le témoignage de Jonathan Cameron, qui était le directeur général du Yellowhead Inn au moment de la mort de Cindy Gladue, et l’examen d’enregistrements de caméras de surveillance de l’établissement.

La procureure de la Couronne Julie Snowdon, a ensuite procédé à l’interrogatoire de l’ancien collègue de Bradley Barton, Kevin Atkins.

À l’époque, les deux camionneurs étaient à Edmonton pour effectuer un déménagement.

Ils logeaient tous deux au motel Yellowhead Inn dans la nuit du 21 au 22 juin 2011, qui a précédé la découverte du corps ensanglanté de Cindy Gladue dans la baignoire de la chambre de l’accusé.

Une soirée au bar du motel

Lors de l’interrogatoire, la Couronne a demandé à Kevin Atkins d’examiner différentes vidéos tirées des caméras de surveillance du motel.

Il y a identifié Bradley Barton, attablé au bar du motel, le Lucky’s Lounge, en compagnie d’une femme préalablement identifiée comme étant Cindy Gladue et de M. Atkins lui-même.

Ce dernier affirme que Bradley Barton lui a présenté Cindy Gladue comme une de ses collègues.

Cindy Gladue fume une cigarette.

Cindy Gladue, une travailleuse du sexe métisse, est morte en juin 2011 après avoir subi une grave blessure au vagin.

Photo : Facebook: Cindy Gladue

Selon lui, les trois hommes ont passé la soirée à boire au bar du motel.

Les images des caméras de surveillance indiquent que les deux hommes, accompagnés de Cindy Gladue, se sont dirigés vers leurs chambres respectives vers 00 h 40.

Tu en veux un morceau?, aurait alors demandé Bradley Barton à Kevin Atkins, selon ce dernier.

M. Atkins, qui soutient que Bradley Barton faisait alors référence à une relation sexuelle avec Cindy Gladue, affirme avoir répondu par la négative.

Il ajoute que Bradley Barton lui aurait ensuite dit : Ce qui se passe sur la route, reste sur la route.

La vidéo de surveillance montre ensuite Kevin Atkins qui entre dans sa chambre, et Bradley Barton se dirigeant vers la sienne en compagnie de Cindy Gladue.

Avertissement : le contenu de ce texte pourrait choquer certains lecteurs.

M. Atkins a par la suite affirmé avoir parlé à M. Barton dans la soirée du 22 juin 2011, après avoir été contacté par les policiers dans la journée.

Selon lui, l’accusé semblait troublé. Il lui aurait confié avoir inséré des doigts à l’intérieur du vagin de Cindy Gladue, durant la nuit du 21 au 22 juin, avoir vu du sang, puis s’être endormi.

Lors du contre-interrogatoire, M. Atkins a confirmé que Bradley Barton et Cindy Gladue avaient des gestes affectueux durant la soirée du 21 juin 2011.

Il a également affirmé que Cindy Gladue ne semblait pas très intoxiquée durant la soirée. Selon lui, elle ne titubait pas et n’avait pas de difficulté à parler.

Appel au 911

L’audience s’est poursuivie avec l’écoute de l’appel au 911 effectué par M. Barton le matin du 22 juin, 2011.

On y entend l’accusé expliquer qu’il a trouvé une femme couverte de sang dans la baignoire de sa chambre. Il affirme que cette femme s’était présentée à sa chambre la veille vers 22 h 30, alors qu’il regardait la télévision, en lui demandant si elle pouvait prendre une douche.

Il ajoute qu’il aurait accepté et se serait endormi par la suite.

La Couronne a également lu le témoignage de Veronica Chysyk, la réceptionniste qui travaillait au Yellowhead Inn le matin du 22 juin, aujourd’hui décédée.

Une blessure causée par une grande force

Cette semaine, la Couronne a appelé un pathologiste et une gynécologue pour témoigner.

Mercredi, l’ancien médecin légiste en chef Graeme Dowling, qui a effectué l’autopsie de Cindy Gladue en juin 2011, a affirmé n’avoir jamais vu une telle blessure fatale au vagin de sa carrière.

Assez de force a été utilisée pour déchirer ces tissus ainsi que la paroi vaginale, soutient l’expert aujourd’hui retraité.

Cela n’est pas banal. Ce n’est pas mineur. Cette blessure a causé la mort, a-t-il ajouté.

Lors du contre-interrogatoire, le Dr Dowling a également convenu du fait que la blessure, d’une longueur de 11 centimètres, aurait pu être causée par une main.

Le lendemain, la gynécologue Erin Bader, qui travaille à l’Hôpital Royal Alexandra d’Edmonton, a expliqué au jury que la blessure vaginale subie par Cindy Gladue aurait également pu briser un vaisseau sanguin important et causer une importante perte de sang.

Elle ajoute que la déchirure a provoqué une hémorragie interne qui s’est étendue au-delà des ovaires.

En tant que gynécologue et obstétricienne, j'ai exercé à plusieurs occasions une force supérieure à la moyenne sur des parois vaginales et une chose pareille ne s’est jamais produite, affirme-t-elle.

Le volume de sang suggère qu’un des gros vaisseaux sanguins situés à l’extérieur de la paroi vaginale a été touché, ajoute-t-elle.

L’avocat de la défense, Dino Bottos, a ensuite demandé à l’experte si la blessure subie par Cindy Gladue présentait des similitudes avec des déchirements causés par un accouchement.

Selon la Dre Bader, l’emplacement et l’angle de la blessure de Cindy Gladue ne correspondent pas aux déchirements généralement occasionnés lors d’un accouchement.

Elle admet cependant avoir déjà vu une blessure similaire à celle de la victime lors d'un accouchement.

Selon votre expérience et la littérature, il est donc possible qu’une femme subisse ce genre de blessure, même lors de situations consensuelles?, a demandé l’avocat de la défense.

Oui, a répondu l’experte.

Le procès se poursuit

Bradley Barton, 52 ans, a plaidé non coupable aux accusations d’homicide involontaire qui pèsent contre lui.

Le procès devant jury doit durer 34 jours.

Avec les informations de Janice Johnston et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !