•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

WhatsApp cède sous la pression et repousse la modification de ses conditions d'utilisation

C'est avec l'application Whatsapp que des policiers de Rouen s'échangeaient des propos racistes.

Des internautes désertent l'application WhatsApp depuis que des changements aux conditions d'utilisation ont été annoncés.

Photo : Getty Images / stockcam

Agence France-Presse

L'application de messagerie cryptée WhatsApp a annoncé vendredi qu'elle repoussait de trois mois le changement de ses conditions d'utilisation après les craintes exprimées par plusieurs internautes que le service de messagerie mobile ne partage des données confidentielles avec sa maison mère, Facebook.

Nous retardons désormais la date à laquelle les utilisateurs et utilisatrices devront relire et accepter les conditions, a indiqué l'entreprise dans un article de blogue. Les modifications qui devaient être en vigueur à compter du 8 février ne le seront plus qu'à partir du 15 mai.

WhatsApp a assuré que la mise à jour ne renforcerait pas [sa] capacité à partager des données avec Facebook, mais était avant tout destinée à aider des entreprises à mieux communiquer avec leur clientèle à partir de la plateforme.

Nous savons qu'il y a eu de la confusion et de la désinformation à propos de cette mise à jour, et nous voulons aider tout le monde à comprendre nos principes et les faits.

Un porte-parole de WhatsApp

Les conversations continueront d'être chiffrées de bout en bout et ni Facebook ni WhatsApp n'auront la possibilité de voir les messages privés, selon la compagnie.

Des internautes en colère

L'annonce de la mise à jour la semaine dernière avait semé la panique et provoqué la colère de plusieurs d’internautes, qui s'alarmaient de l'abandon des valeurs fondatrices de WhatsApp. L'application a notamment bâti sa réputation sur la protection des données.

La plateforme avait tenté de calmer la crise à coups d'annonces rassurantes et de campagnes publicitaires. Des services concurrents, comme Signal et Telegram, ont pu profiter de la confusion, alors qu’ils ont vu leurs téléchargements exploser sur les magasins d’applications d’Apple et de Google dans de nombreux pays.

De son côté, l'Autorité de la concurrence en Turquie a annoncé lundi l'ouverture d'une enquête contre WhatsApp et Facebook, réclamant la suspension de la mise à jour.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !