•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d'entreprises actives à l'Î.-P.-É. qu'ailleurs au Canada

Une affiche lumineuse indique qu'un commerce est ouvert.

Après quelques mois de fermeture, le nombre d'entreprises actives à l’Île-du-Prince-Édouard a rebondi pendant l'été, et ce, malgré la pandémie.

Photo : Radio-Canada

L’Île-du-Prince-Édouard a été l’une des provinces qui a maintenu le plus d’entreprises en activité et qui a le mieux performé dans ce domaine durant la reprise économique estivale, selon un rapport de Statistique Canada.

L'étude indique qu'en septembre 2020, l'Île-du-Prince-Édouard comptait environ 95 % d’entreprises actives par rapport à janvier 2019, ce qui représente 2 % de plus que la moyenne nationale (93 %).

Pendant la reprise économique, de juin à septembre 2020, la province a recensé 109 fermetures temporaires de moins que dans l’année précédente.

Le rapport dresse un portrait des entreprises ayant maintenu des employés au travail et de celles ayant subi des fermetures temporaires ou saisonnières.

Pour Louis-Philippe Gauthier, de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante en Atlantique, l’assouplissement rapide des mesures de santé publique explique les bons résultats de la province.

Avec la levée des restrictions [liées à la pandémie], les entreprises ont pu reprendre [leurs activités] plus rapidement.

Louis-Philippe Gauthier, directeur principal aux affaires législatives pour l’Atlantique, Fédération canadienne de l’entreprise indépendante

Les fermetures temporaires des entreprises ont été plus nombreuses dans les mois qui ont suivi la pandémie. L’étude révèle que 339 entreprises de plus ont fermé temporairement leurs portes de mai à juin 2020 que durant les mêmes mois en 2019.

Selon M. Gauthier, ces résultats étaient attendus par son organisme.

Après les premières mesures sanitaires, le nombre d’entreprises qui avaient des employés a diminué; on a eu un taux de chômage qui a augmenté et des gens qui ont perdu leur emploi, explique-t-il.

Louis-Philippe Gauthier souligne néanmoins que, bien que certaines entreprises aient gardé leurs employés, leurs revenus n’ont pas été les mêmes.

Ce n’est pas parce qu’une entreprise a des employés et qu’elle est ouverte que ses revenus sont au niveau normal, ajoute-t-il.

M. Gauthier rappelle que ce rapport ne tient pas compte des entreprises qui ont fermé de façon définitive.

Louis-Philippe Gauthier, de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante.

Louis-Philippe Gauthier, de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Maintenir ses employés en pleine pandémie

Natal De Avila Antonini, directeur des opérations à l’entreprise UP Cycle Green Tech, située à Summerside, et Magali Freiberger Dos Santos, gérante de cette même entreprise, connaissent bien les difficultés causées par la pandémie.

Leur entreprise est entrée partiellement en fonctionnement en juillet 2020. Les portes de l’établissement ont été complètement ouvertes en septembre dernier.

Natal De Avila Antonini (deuxième depuis la gauche), Magali Freiberger Dos Santos (au centre) et leur équipe à l'entreprise Up Cycle Green Tech.

Natal De Avila Antonini (deuxième depuis la gauche), Magali Freiberger Dos Santos (au centre) et leur équipe à l'entreprise Up Cycle Green Tech

Photo : Gracieuseté Up Cycle Green Tech

L’entreprise doit fonctionner avec seulement cinq employés depuis son ouverture l’été dernier.

Nous essayons de survivre, mais ce n’est pas facile. Nous avons réussi à maintenir nos employés, mais nous n’avons pas connu le plein fonctionnement.

Natal De Avila Antonini, directeur des opérations à l’entreprise UP Cycle Green Tech

Le couple d’origine brésilienne est arrivé à l’île en octobre 2019. Son établissement est spécialisé en entretien de voitures et en conversion de véhicules classiques en voitures électriques.

L'intérieur de l'entreprise Up Cycle Green Tech, avec des équipements de réparation de voitures et une voiture électrique garée.

L'entreprise Up Cycle Green Tech a ouvert complètement ses portes en septembre 2020.

Photo : Gracieuseté Up Cycle Green Tech

Selon les deux entrepreneurs, d’autres facteurs ont ralenti l’entrée en service de l’entreprise.

Magali Freiberger Dos Santos explique que les retards dans la délivrance des autorisations d’ouverture occasionnés par la pandémie ont aussi contribué au report de la pleine ouverture de l’entreprise.

Des difficultés dans la recherche d’un immeuble commercial et de main-d’œuvre spécialisée ont également entraîné des retards dans le démarrage des activités.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !