•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ministre Bennett rencontrera les Dénés de Yellowknife au sujet de la mine Giant

Ernest Betsina regarde la caméra.

Ernest Betsina, le chef de Ndilo, croit que Carolyn Bennett va travailler avec la YKDFN, comme elle s'y est engagée, dans le dossier de la mine Giant, des Territoires du Nord-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Radio-Canada

Cela faisait des mois que la Première Nation des Dénés Yellowknives (YKDFN) réclamait une rencontre avec la ministre des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, pour discuter des problématiques environnementales entourant la mine d’or Giant. La rencontre aura finalement lieu à la fin du mois de janvier.

La Première Nation des Dénés de Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, avaient notamment demandé en mai 2020 la tenue de tables de discussion sur la reconnaissance des droits, un mécanisme visant à résoudre les désaccords de longue date avec les Premières Nations, mais le gouvernement avait demandé plus d'information.

En novembre dernier, la Première Nation a donc publié un rapport dans lequel elle souligne les effets de la pollution de la mine Giant dans la communauté.

La Première Nation a dû s'éloigner de la rive ouest de la baie de Yellowknife, lit-on dans le document, ce qui a eu des effets négatifs sur les droits de récolte de ses membres. La pollution de la mine a également contaminé l'eau et entraîné des conséquences sociales à long terme.

La Première Nation exige des excuses du gouvernement fédéral, une compensation et un rôle officiel dans la restauration de ses terres traditionnelles, exploitées sans consentement de 1948 à 2006, et empoisonnées au trioxyde d'arsenic.

Contamination d'arsenic à la mine d’or Giant

En 56 ans d’exploitation (1948-2004), la mine d’or Giant, qui se trouvait à l’intérieur des limites de Yellowknife, a produit 237 000 tonnes de poussière toxique de trioxyde d'arsenic. En 1999, après sa mise sous séquestre par son propriétaire, Royal Oak Mines, le gouvernement canadien a hérité de la mine et de son nettoyage.

Cette contamination a causé au moins une mort documentée, plusieurs empoisonnements à l’arsenic, et elle continue d’avoir un effet néfaste sur l'environnement à Yellowknife.

La stratégie d’assainissement actuelle consiste à congeler les 237 000 tonnes de déchets toxiques et à les laisser sous terre pour l’éternité, ou jusqu’à ce qu’une meilleure solution voie le jour. Le coût total du projet, qui comprend l'entretien à long terme du site, est estimé à plus de 1,5 milliard de dollars.

Le député fédéral des Territoires du Nord-Ouest, Michael McLeod, se dit favorable à ce que la Première Nation se présente à une table de discussion sur la reconnaissance des droits.

Si cela n'a pas lieu, cette question finira devant les tribunaux, dit-il. Notre gouvernement avait affirmé qu’il travaillerait de nation à nation, et j’espère que c’est ce que nous allons faire.

Plan rapproché de Mme Bennett s'exprimant devant un micro.

La ministre des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, rencontrera les chefs de la Première nation des Dénés Yellowknives dans le courant du mois pour discuter des questions relatives à la mine Giant.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

La YKDFN cherche à être l'unique soumissionnaire pour certains contrats

Le chef de Ndilo, Ernest Betsina, a fait savoir que les travaux d'assainissement de l'ancienne mine d'or étaient imminents et que la Première Nation cherchait à obtenir des contrats qui feraient d'elle le seul soumissionnaire admissible pour le traitement de l'eau et pour la surveillance environnementale à long terme.

Dans un courriel adressé à CBC News, le ministère des Relations Couronne-Autochtones a déclaré qu'il était ouvert à la discussion sur les contrats réservés et qu'il s’assurerait de la présence de travailleurs autochtones dans le travail à la mine.

Toutefois, il existe déjà un contrat pour la surveillance environnementale à long terme et aucun nouvel appel d'offres ne sera lancé dans un avenir proche, précise-t-il.

Des millions de dollars en contrats

En novembre 2017, le gouvernement fédéral a attribué un contrat de 1 milliard de dollars à l’entreprise californienne Parsons Corporation pour nettoyer la mine.

Le gouvernement fédéral affirme qu'il lancera des appels d'offres en utilisant la même stratégie d'approvisionnement que pour les étangs de boue toxique de Sydney, en Nouvelle-Écosse, qui ont permis aux Micmacs d'obtenir une part importante du contrat d'assainissement.

Le ministère des Relations Couronne-Autochtones soutient qu'en utilisant cette stratégie, l’entreprise Parsons a déjà émis 39 contrats de sous-traitance d'une valeur de 74 millions de dollars entre décembre 2017 et novembre 2020.

Sur ce montant, 49 millions de dollars sont allés à des entreprises autochtones du Nord, et 43 millions de dollars, à des coentreprises ou entreprises affiliées à la YKDFN, affirme un porte-parole dans un courriel.

De nouveaux contrats doivent être attribués d'ici le mois de juillet, ajoute-t-il.

Avec les informations d'Avery Zingel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !