•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : plus de deux millions de morts dans le monde à la mi-janvier

Un cadavre emmailloté poussé par deux personnes en tenue de protection.

Des travailleurs de la santé transportant le corps d'un homme décédé de la COVID-19 pour son incinération dans un crématorium à New Delhi, en Inde.

Photo : Reuters / Adnan Abidi

Radio-Canada

Le nombre de décès liés à la COVID-19 dans le monde a dépassé les 2 millions vendredi, au moment où les pays tentent de se procurer des doses de vaccins et de détecter les nouveaux variants du virus.

Il a fallu neuf mois pour que le monde enregistre le premier million de décès dus à la COVID-19, mais seulement trois mois pour passer de 1 à 2 millions de décès.

Les États-Unis restent le pays où le nombre total de décès est le plus élevé, avec plus de 386 000 morts, ce qui représente un décès sur quatre dans le monde chaque jour.

Les pays les plus touchés sont ensuite le Brésil, l'Inde, le Mexique et le Royaume-Uni. Ensemble, ces cinq pays contribuent à près de 50 % de tous les décès causés par la COVID-19 dans le monde, bien qu'ils ne représentent que 27 % de la population mondiale.

Hashim saluant sa fille derrière une porte vitrée.

Hashim, un travailleur dans le milieu de la santé, salue sa fille à travers la fenêtre, à New Rochelle, dans la banlieue nord de New York.

Photo : Reuters / Joy Malone

La pandémie de coronavirus a fortement accéléré dans la plupart des régions du monde ces sept derniers jours, avec 724 700 nouveaux cas enregistrés par jour (soit une hausse de 10 % par rapport à la semaine précédente), un record, d'après un bilan de l'AFP.

Selon un comptage réalisé à partir de bilans officiels, il y a eu, en tout, 93 321 070 cas déclarés de COVID-19.

Vaccination et solidarité

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle désormais à une vaccination dans tous les pays dans les 100 prochains jours pour faire face à la pandémie.

Je veux voir la vaccination commencer dans tous les pays dans les 100 prochains jours, a déclaré le directeur général de l'agence, Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours d'une conférence de presse à Genève, les campagnes n'ayant débuté pour l'instant que quasi exclusivement dans les pays riches.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a quant à lui déploré l'absence de solidarité internationale. Nous observons aujourd'hui un vide vaccinal, écrit-il dans un communiqué. Si les pays à revenu élevé ont accès aux vaccins, ce n'est pas le cas des pays les plus pauvres. C'est un succès pour la science, mais un échec pour la solidarité.

Un patient enlaçant un médecin.

Le personnel de santé se prépare à la sortie d'un patient qui avait été mis en quarantaine après une possible exposition à la COVID-19 dans un hôpital de Lakin, au Kansas.

Photo : Reuters / Callaghan O'Hare

Sans les nommer, le chef de l'ONU critique notamment le fait que certains pays concluent des accords parallèles et se procurent même des vaccins au-delà de leurs besoins.

Le comité d'urgence de l'OMS a, de son côté, appelé vendredi à étendre le séquençage du génome des variants du nouveau coronavirus, plus contagieux et qui font craindre une résurgence de la pandémie.

Au moins 35,61 millions de doses de vaccins ont déjà été administrées dans le monde, dans plus de 58 pays et territoires, selon un comptage de l'AFP.

Avec les informations de Reuters, et AFP

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !