•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Garde côtière forme une équipe pour protéger les épaulards résidents du Sud

Quatre épaulards adultes et un bébé orque dans les eaux de la Colombie-Britannique.

Des trois groupes distincts d'épaulards présents dans les eaux de la Colombie-Britannique, les épaulards résidents du Sud et du Nord sont ceux qui se nourrissent exclusivement de poisson.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

La Garde côtière canadienne (GCC) crée un bureau des mammifères marins afin de mieux protéger les épaulards résidents du Sud en Colombie-Britannique.

Dans un communiqué, la GCC indique que l’équipe, qui travaillera 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, utilisera des technologies modernes, notamment des radars et des systèmes d’identification automatique, et des renseignements en temps réel sur les mouvements des navires [...] pour assurer la sécurité des zones de refuge provisoires des épaulards résidents du Sud .

Le bureau sera situé dans le centre des Services de communication et de trafic maritimes de la GCC, à Sidney, sur l'île de Vancouver.

Nous espérons qu'au printemps, lorsque le trafic des navires et la présence de cétacés augmentent, nous aurons des procédures et des politiques mieux adaptées qu'elles ne le sont actuellement, dit Scott Rear, qui travaille avec les services des communications et du trafic à la Garde côtière.

Un groupe d'épaulards avec un traversier qui passe derrière.

Environ la moitié des épaulards résidents du Sud sont tués par un bateau, selon une récente étude.

Photo : C. Emmons/NOAA Fisheries

Surveillance du trafic maritime

Le nouveau bureau aidera Transports Canada à superviser les activités des navires commerciaux et des bateaux de plaisance en temps réel dans les eaux côtières. Toute infraction sera signalée par le bureau aux autorités responsables pour faire appliquer la loi.

Pêches et Océans Canada (MPO) et Parcs Canada seront aussi notifiés si le transport maritime est jugé non conforme.

La nouvelle équipe va également récolter des informations sur les cétacés à partir des phares et des radars des navires du gouvernement fédéral.

La GCC indique que les données recueillies guideront par ailleurs le gouvernement canadien en matière de protection des espèces animales marines.

Le MPO estime qu’il ne reste qu’environ 74 épaulards résidents du Sud et que l’espèce marine est en danger d’extinction.

Avec les informations de Karin Larsen

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !