•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

MyFrenchFilmFestival : 33 longs et courts métrages en français en ligne

Affiche dessinée du festival MyFrenchFilmFestival.

Le festival a lieu pour une 11e année.

Photo : Fournie par MyFrenchFilmFestival

Le festival de films francophones en ligne, MyFrenchFilmFestival, est de retour en 2021. Cette année, 33 longs et courts métrages sont présentés jusqu'au 15 février.

Jusqu'à maintenant, le festival a présenté plus de 250 œuvres à plus de 54 millions de personnes.

Les films présentés cette année proviennent du Canada, de la Suisse, de la Belgique et de la France. Ils seront sous-titrés dans 10 langues.

Tous les genres y sont, comédie, drame, documentaire et fiction, et sont regroupés par thème.

On a tout mélangé dans ce qu'on appelle des thématiques, certaines sur la question du passage de l’adolescence à l'âge adulte, d’autres sur la question des familles dysfonctionnelles, mais avec beaucoup d’humour, explique Quentin Deleau, responsable du festival.

Il y a une section Love is Love, par exemple, qui parle de l’amour sous toutes ses coutures, poursuit-il. Par ces thématiques, ça engendre une sélection diversifiée, qui donne aux films la chance d'avoir du succès, peu importe la région où ils seront visionnés.

Énorme

Parmi les films présentés cette année se trouve Énorme, réalisé par Sophie Letourneur.

L'oeuvre aborde de façon humoristique et burlesque la maternité et le changement des rôles.

L'actrice Marina Foïs est assise dans une chaise et semble bien découragée.

« Énorme » parle du choix d'avoir ou pas un enfant, et se demande si la maternité est le plus beau jour d'une vie, le pire ou les deux à la fois.

Photo : Fournie par MyFrenchFilmFestival

La cinéaste a mis quatre ans à faire ce film. Elle a travaillé avec des sages-femmes et des groupes de mères pour réaliser une fiction basée sur des situations réelles.

Je me suis rendu compte que je me posais beaucoup de questions sur la place de la mère et du père, ce qui est attendu d’une femme, ce qui est attendu d’un homme, confie Sophie Letourneur.

Jonathan Cohen tient une bouée bleue gonflée devant sont visage.

Une scène du film «Énorme » mettant en vedette l'acteur Jonathan Cohen dans le rôle du mari.

Photo : Fournie par MyFrenchFilmFestival

Mère de deux enfants, la cinéaste constate qu'il y a toujours un sentiment de culpabilité pour les femmes qui se questionnent sur la maternité.

Il y a une sacralisation autour de la maternité, c'est tout noir ou tout blanc. Donc, c'est un film sur cette zone grise.

Sophie Letourneur, cinéaste

Felicità

Un autre film présenté au festival est Felicità, le deuxième film du réalisateur Bruno Merle. L'oeuvre aborde la famille, la liberté et la marginalité.

Pio Marmaï dans le rôle de Timothée, Rita Merle dans le rôle de Tommy et Camille Rutherford dans le rôle de Chloé, tous trois assis sur le pas d'une porte, entourée de fleurs, en train de manger.

« Felicità » raconte l'histoire de Tommy, la fille d'un couple marginal épris de liberté.

Photo : Fournie par MyFrenchFilmFestival

L'histoire suit la dernière journée des vacances d’une famille hors-norme qui oscille entre la marginalité et la normalité, mais qui a un rendez-vous très précis : la rentrée des classes de leur fille, Tommy.

Un moment important pour celle qui souhaite avoir une vie comme tout le monde, une vie normale.

La mère et la petite fille attendent dans une voiture, les portes ouvertes.

Alors que son père et sa mère enchaînent les mésaventures à la recherche du bonheur, la petite fille n'a qu'un seul désir : avoir une vie normale.

Photo : Fournie par MyFrenchFilmFestival

Ce que j’aime bien, c’est que le film n’est pas toujours joyeux et que, même à certains moments, il devient assez noir et inquiétant, confie le réalisateur. La felicità, le bonheur, ce n'est pas que des moments d’extase et de joie intense, mais c'est ce tout, mis ensemble, qui fabrique le bonheur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !