•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le masque N99 obtient le feu vert de la CNESST

Une femme porte un masque Dorma N99.

Les masques Dorma N99 peuvent être désinfectés et portés au moins 30 fois.

Photo : Avec l'autorisation de Dorma Filtration

Radio-Canada

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) considère que les appareils de protection respiratoire N99 de Dorma Filtration sont sécuritaires et peuvent être utilisés par les travailleurs québécois.

L'utilisation de cet équipement de protection produit au Québec était jusqu'à maintenant bloquée par la CNESST même si son achat avait été recommandé aux hôpitaux par le gouvernement du Québec.

Selon un règlement de la Commission datant du début des années 2000, tout appareil de protection respiratoire (APR) doit en effet recevoir une certification NIOSH fournie par l’Institut national de la santé des États-Unis.

En raison de la pandémie, cet Institut a toutefois été fermé aux entreprises étrangères pendant plusieurs mois en 2020 et il recommence à peine l'analyse des demandes. L'approbation NIOSH aurait pu être accordée seulement dans trois à cinq mois, un délai jugé inacceptable pour les entreprises qui s'investissent dans le projet.

Le masque avait néanmoins passé tous les tests et reçu l'approbation de Santé Canada.

Une femme travaille à la fabrication de masques N99.

Les masques N99 sont issus d'un partenariat entre plusieurs entreprises québécoises, dont MI Intégration, à Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Brigitte Marcoux

Dans un communiqué publié vendredi, la CNESST explique qu'elle a travaillé de concert avec son partenaire, l'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST), qui possède un laboratoire pour effectuer des tests sur appareils de protection respiratoire.

Les tests des derniers jours sur le masque N99 de Dorma Filtration ont démontré qu'il répond aux critères de qualité retenus et permet de diminuer les expositions à certains contaminants présents dans l'air, dont le nouveau coronavirus, à près de 99 %.

Devant cet excellent résultat, la CNESST considère que l'utilisation de ce masque conçu et fabriqué au Québec est sécuritaire.

Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a fait part de sa satisfaction de la décision rendue par la CNESST.

Des milliers de masques commandés par les hôpitaux

Cette approbation provisoire fait le bonheur de l'entreprise MI Intégration, à Sherbrooke, qui produit ces masques.

Son président, Vincent Houle, affirme que déjà 80 000 unités avaient été commandées par 2 hôpitaux. Il indique que les établissements qui étaient préoccupés par le blocage de la CNESST pourront finalement recevoir leur commande.

On est en communication avec différents paliers de gouvernement. Initialement, on nous parlait d'une commande d'un million de masques.

Vincent Houle, président de MI Intégration

Avec le feu vert de la CNESST, Vincent Houle souligne que la production pourra reprendre de plus belle. Ce sont 15 000 masques supplémentaires qui devraient être produits pendant le mois de janvier.

L'entreprise souhaite également se tourner vers le marché manufacturier, qui ne pouvait avoir recours à cet équipement sans l'aval de la CNESST.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !