•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le déneigeur de piste cyclable fait plier le CN dans Maizerets

Le tronçon déblayé par Dominic Leblanc permet de désenclaver le quartier Maizerets

Le tronçon déblayé par Dominic Leblanc permet de désenclaver le quartier Maizerets du reste de la Basse-Ville, séparés par l'autoroute Dufferin-Montmorency.

Photo : Courtoisie/Dominic Leblanc

Dominic Leblanc, ce vaillant citoyen de Maizerets qui déblaie lui-même 1,5 kilomètre de piste cyclable depuis le début de l'hiver, pourra bientôt mettre ses énergies ailleurs. De récentes discussions entre la Ville et le CN ont finalement mené à une entente permettant de déneiger la voie. Dans la foulée, on apprend que le dossier traînait depuis... trois ans.

Prévoyant ouvrir des pistes cyclables en hiver dans un avenir rapproché – ce qu'elle a fait à l'automne 2019 – la Ville avait approché le CN une première fois en 2017 au sujet du tronçon situé entre le Domaine de Maizerets et l'usine de Papiers White Birch.

Mais jusqu'à ce que Dominic Leblanc s'en mêle à l'huile de coude avec une équipe de bénévoles cette année, les discussions étaient demeurées au point mort. Wendy Whittom, porte-parole de la Ville, admet que l'initiative citoyenne a relancé les pourparlers, début janvier, menant à une rencontre entre les parties jeudi.

Une entente a été conclue et on espère déneiger dès la prochaine bordée prévue cette fin de semaine et ainsi rendre la voie accessible aux cyclistes.

Dominic Leblanc déneige lui-même la piste cyclable entre le Domaine de Maizerets et l'usine White Birch

Dominic Leblanc déneige lui-même la piste cyclable entre le Domaine de Maizerets et l'usine White Birch depuis le début de l'hiver.

Photo : Radio-Canada

Propriété du CN

Si le dossier a traîné aussi longtemps, c'est surtout parce que la Ville n'était pas chez elle sur l'ensemble du tronçon ciblé. À cet endroit, une partie de la piste est située sur une propriété privée qui appartient en partie au MTQ et au CN, et non à la Ville, explique Mme Whittom.

L'administration municipale ne pouvait prendre l'initiative de la déneiger sans une entente préalable avec les propriétaires. On ne [pouvait] pas y accéder pour la déneiger sans autorisation.

L'un des enjeux avancé par le CN concernait la protection des voies ferrées aux passages à niveau croisant la voie cyclable dans le secteur. Selon la compagnie, la machinerie standard utilisée par la voirie dans ses opérations de déneigement risquait d'endommager ses infrastructures. Des craintes similaires ont été soulevées par rapport aux abrasifs et aux fondants.

Par courriel, le CN affirme être satisfait de l'entente conclue. « La sécurité est une valeur fondamentale pour le CN c’est pourquoi nous nous réjouissons d’avoir été en mesure de trouver, en collaboration avec nos partenaires, une solution qui permet aux cyclistes et piétons d’utiliser ce segment en hiver tout en assurant la sécurité du passage à niveau. »

Un camion déneige une piste cyclableAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De la machinerie de déneigement a été vue vendredi sur certaines portions de la piste cyclable.

Photo : Facebook

« Le plus rapidement possible »

Maintenant qu'elle a l'accord du CN pour en assurer l'entretien, la Ville cherchait vendredi des méthodes alternatives pour disposer de la neige tout en répondant aux critères du CN. On espère trouver une solution le plus rapidement possible, assure Wendy Whittom.

En attendant, la Ville avait déjà commencé à déneiger certains segments sans risque pour les propriétés du CN.

Lorsqu'il sera déneigé, le tronçon s'ajoutera aux 12 kilomètres de voies cyclables à l'année mis à la disposition des cyclistes utilitaires.

Depuis l'automne 2019, un projet pilote de vélo d'hiver est en cours à Québec sur un tronçon de sept kilomètres

La Ville de Québec avait lancé un projet pilote de voie quatre saisons à l'automne 2019, sur 7 kilomètres. Le réseau atteint cette année 12 kilomètres.

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Encore du chemin à faire

Joint vendredi, Dominic Leblanc s'est réjoui du dénouement. Je voulais la déneiger, je l'ai fait et tant mieux si ça a fait bouger la Ville, a-t-il humblement réagi. Beaucoup de monde le demandait.

Il avoue que son initiative, médiatisée, a eu un effet dans le quartier et sur lui. Il y a des personnes qui m'ont arrêté dans la rue en me disant : "Hey, je passe par là, merci!" Ça m'a encouragé. Je le faisais pour moi, mais j'ai eu une réponse tangible que ça faisait une différence pour du monde que je ne connais pas.

Il espère maintenant que la Ville continuera d'être à l'écoute des cyclistes hivernaux. Ce n'est pas seulement ce secteur-là qui est problématique, a-t-il soutenu. Il cite en exemple l'accès au Corridor du Littoral une fois dépassée la Traverse Québec-Lévis, ainsi que l'accès à la voie sous le tunnel Joseph-Samson, dans le Vieux-Port.

Des cyclistes utilitaires avaient également identifié la voie cyclable de la Pente-Douce parmi les axes à déneiger.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !