•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination à venir dans les résidences privées pour aînés

Une infirmière vaccine une personne âgée.

Les résidents et travailleurs des centres de soins de longue durée du Nord de l'Ontario seront parmi les premiers à être vaccinés contre la COVID-19.

Photo : iStock

Les résidences privées pour aînés (RPA) débuteront bientôt leur campagne de vaccination contre la COVID-19. Les premiers vaccins pour les travailleurs et résidents de ces établissements arriveront le 25 janvier. Cette nouvelle réjouit les responsables d'établissements.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, en a fait l'annonce jeudi. Selon lui, le fait de retarder la deuxième dose du vaccin à un maximum de 90 jours permet de donner une première dose plus rapidement dans les RPA.

Les responsables de résidences privées pour aînées joints par Radio-Canada jeudi se réjouissaient de l'annonce.

On applaudit la décision, c’est certain. C’est des gens qui sont plus fragiles, plus vulnérables, alors plus vite on va pouvoir les vacciner, le mieux ça va être. Nous, on est déjà prêts. On a fait nos listes d’employés, nos listes de résidents. On a déjà commencé à rencontrer nos résidents pour voir s’ils voulaient se faire vacciner, souligne le directeur de la résidence Lokia Trois-Rivières, Guy Pagé.

Il souligne que même lorsqu'ils seront vaccinés, les résidents de son établissement sont bien conscients que cela ne signifiera pas un relâchement immédiat des mesures sanitaires.

Même si on est vacciné plus tôt, il va falloir attendre qu’il y ait une immunité au niveau de la société. On en a discuté avec eux et ils savent à quoi s’attendre, mentionne M. Pagé.

Des résidents rencontrés sur place entendaient le vaccin avec impatience.

Je suis très heureuse. J'avais hâte, mais c'est une très bonne nouvelle. On a espoir. Avec le vaccin, ce qui s'en vient, c'est un peu de déconfinement, mentionne Georgette Beaudry.

La résidence Lokia déplore d'ailleurs neuf morts de la COVID-19. Pour plusieurs, l'arrivée du vaccin signifie moins de risques pour leur santé.

Ça nous sécurise et ça nous aide à passer à travers, conclut Sœur Thérèse Lachance.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !