•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Ottaviens s’adaptent aux nouvelles restrictions du gouvernement Ford

La façade de commerces du marché By, sans aucun piéton.

Le marché By est désert à la première journée de l'ordre du gouvernement ontarien de rester à la maison.

Photo : Radio-Canada / Andrew Lee

Radio-Canada

C’est jeudi qu’entrait en vigueur le nouveau décret du gouvernement de Doug Ford obligeant les Ontariens à rester à la maison le plus possible. Seuls les déplacements pour des raisons essentielles sont permis. À Ottawa, les nouvelles mesures semblent avoir été comprises.

Je me déplace pour faire mes courses de temps en temps ou bien je sors pour aller courir un peu à l’extérieur près de la rivière, lance Azouz Ali Ahmed, rencontré dans le marché By, pratiquement désert au centre-ville d'Ottawa.

Faire ses courses ou de l’activité physique font partie des sorties jugées essentielles selon le nouveau décret.

Alors que les nouvelles règles ont semé la confusion chez certains, d’autres ont assimilé le message du premier ministre de l’Ontario.

Je travaille chez moi donc je me plie aux consignes , ajoute M. Ali Ahmed. Je suis toujours à l'intérieur à la maison, lance pour sa part Tyasha Duckworth.

Une femme court dans le parc Major à Ottawa en hiver.

L'exercice est une des sorties jugées essentielles par le gouvernement ontarien.

Photo : Radio-Canada / Andrew Lee

Ceux qui ne respectent pas les restrictions pourraient recevoir une amende. La Ville d’Ottawa étudie toujours la question, mais le conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury se veut rassurant.

Si quelqu’un se plaint aux autorités, elles vont faire des investigations et à ce moment-là, si vous êtes en infraction des objectifs de rester à la maison, vous avez tort, dit-il.

Le conseiller rappelle également que les nouvelles restrictions en vigueur ont le même objectif qu’en mars dernier, au tout début de la pandémie. Ça a un impact sur les lieux de travail et ça a un impact sur la collectivité d’essayer de limiter les mouvements comme quand on était en mars , soutient le conseiller.

Dans un courriel envoyé à Radio-Canada, le directeur général des Services de protection et d’urgence de la Ville d’Ottawa, Anthony Di Monte, indique que des amendes seront remises au besoin.

Depuis le début de la pandémie, les agents d’application des règlements sont chargés par la province de veiller à ce que la réglementation mise en place soit respectée. Les agents continueront de faire preuve de jugement et infligeront des amendes au besoin, écrit-il.

Une réalité frontalière qui soulève encore des questions

Si l’activité physique est considérée comme essentielle, les Ontariens sont encouragés à la pratiquer près de chez eux. Traverser les ponts pour se rendre dans le parc de la Gatineau n’est donc pas encouragé.

Par courriel, le bureau du premier ministre ontarien demande aux citoyens de faire de l'exercice seul ou avec des personnes de votre ménage et dans la municipalité où vous vivez.

Un message que répète aussi la vice-présidente de la direction de l’intendance de la capitale à la Commission de la capitale nationale (CCN), Anne Ménard, qui souligne que la majorité des gens respectent les consignes.

La CCN n'a pas l’autorité de limiter les déplacements interprovinciaux, donc on mise sur le civisme et la responsabilité des individus de continuer à faire ce qu’ils ont fait depuis plusieurs mois maintenant, mentionne-t-elle.

Aucune surveillance particulière n’est prévue au Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) quant à la présence d’Ontariens sur son territoire. Le service policier rappelle toutefois que le couvre-feu en vigueur de 20 h à 5 h s’applique aussi aux visiteurs de l’Ontario lorsqu’ils sont en territoire québécois.

Les préfètes des MRC de la Vallée-de-la-Gatineau et des Collines-de-l’Outaouais avouent pour leur part recevoir quotidiennement des commentaires ou des questions de résidents inquiets par la circulation de gens de l’extérieur près de chez eux.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Les déplacements interprovinciaux préoccupent

Ils sentent qu’ils n’ont pas le contrôle sur leur santé et leur sécurité, souligne Caryl Green, mairesse de Chelsea et préfète de la MRC des Collines-de-l’Outaouais dans une entrevue accordée au Téléjournal Ottawa-Gatineau. On veut travailler ensemble, mais je pense que ce n’est pas du tout clair le rôle de nos [...] policiers.

Chantale Lamarche se réjouit pour sa part de voir l’Ontario appliquer des mesures similaires à celles mises en place au Québec. Le message est clair, on se déplace seulement si c’est essentiel [...] C’est des deux côtés. Nous aussi du côté du Québec, il faut arrêter de se promener , insiste la préfète de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau.

Elle estime que la meilleure mesure pour limiter les déplacements a été l’instauration de barrages routiers entre les deux provinces le printemps dernier, une mesure qui n’est toutefois pas envisagée malgré les nouvelles annonces.

Avec les informations de Jérémie Bergeron, Josée Guérin et Mathieu Nadon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !