•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aucun candidat de la région encore inscrit aux registres du DGEQ

Les mains d'une personne qui met un ballot de vote dans une urne

Les élections municipales auront lieu le 7 novembre au Québec

Photo : getty images/istockphoto / bizoo_n

Aucun candidat de la région n’a encore formulé de demande d’autorisation au Directeur général des élections du Québec (DGEQ) en vue du scrutin municipal du 7 novembre. C'est donc dire que les candidats indépendants ne peuvent commencer à amasser des fonds.

Porte-parole du DGEQ, Julie St-Arnaud confirme que seulement cinq personnes qui s’engagent à se présenter comme candidats indépendants ont reçu l’autorisation nécessaire. Ils sont de Beaconsfield (2), Chambly, Gatineau et Saint-Lambert.

La responsable des communications ajoute qu’il est à l’avantage des candidats de s’inscrire le plus rapidement possible puisque depuis le 1er janvier 2021, il leur est possible de recueillir de l'argent pour couvrir les dépenses inhérentes à une campagne électorale.

À Saguenay, par exemple, l’ex-président de l’arrondissement de La Baie et ancien député libéral, Serge Simard, a annoncé qu’il serait candidat indépendant à la mairie, mais il n'est pas encore inscrit officiellement.

Julie St-Arnaud confirme que le processus d’autorisation peut être enclenché dès maintenant et qu'il est même recommandé de le faire au plus tard trois mois avant la période de mise en candidatures, laquelle se tiendra entre le 24 septembre et le 8 octobre.

Trois partis toujours enregistrés à Saguenay

Selon les registres du DGEQ, trois partis politiques sont toujours dûment autorisés à Saguenay. L’Équipe du renouveau démocratique (ERD) de la mairesse Josée Néron est en règle depuis juillet 2011. Unissons Saguenay (US), une nouvelle formation qui se définit comme environnementaliste et progressiste et qui promet de présenter un candidat à la mairie et dans tous les districts de la ville, a reçu son autorisation officielle le 15 décembre. Alliance Saguenay (AS) est toujours enregistrée, mais a amorcé un processus de dissolution.

Nous avons fait nos devoirs. Maintenant, tout est entre les mains du DGEQ. Ils doivent faire les analyses finales.

Une citation de :Dominic Gagnon, chef, Alliance Saguenay

Le DGEQ confirme avoir reçu la demande de dissolution d’Alliance Saguenay, de même que son rapport financier de fermeture et tous les documents requis.

Le parti nous a remis tout ce qu’il avait à nous remettre. Ça peut prendre quelques semaines avant le retrait de l’autorisation. C’est normal , indique Julie St-Arnaud.

Si un parti se retire, comme Alliance Saguenay souhaite le faire, tout excédent financier doit être remis au trésorier de la ville.

Sommes amassées en 2019

Alliance Saguenay a amassé 7200 $ auprès de donateurs au cours de l’année 2019. Parmi les plus connus : Jimmy Voyer et Mario Leone, qui se sont opposés à maintes reprises à la mairesse Josée Néron au conseil de ville au cours des derniers mois, de même que l’ancien directeur général de Promotion Saguenay, Ghislain Harvey. Tous trois ont versé 200 $ à Alliance Saguenay. Le chef Dominic Gagnon a contribué à hauteur de 1000 $ au parti qu’il a finalement décidé de dissoudre il y a quelques mois, cinq ans après sa fondation sous le nom de Parti des citoyens de Saguenay (PCS).

Toujours en 2019, l’ERD a récolté 17 410 $ en dons. La mairesse et cheffe du parti, Josée Néron, son chef de cabinet, Luc Desbiens, ses attachés Stéphane Bégin et Simon Lespérance, de même que les conseillers élus de l’ERD Michel Potvin, Marc Bouchard et Brigitte Bergeron, ont aussi contribué. Michel Potvin a quitté l’ERD cette année.

Quant au candidat indépendant et ex-député conservateur Jean-Pierre Blackburn, qui s’est enregistré comme candidat indépendant à la mairie après avoir claqué la porte d’Alliance Saguenay (alors le PCS), il a amassé 1200 $ en 2019.

Pour l’année 2020, la liste des donateurs et les contributions amassées ne sont pas encore publiques, puisque la date limite pour le dépôt des états financiers est fixée au 1er avril de l’année suivante.

La contribution maximale à un candidat ou un parti est fixée à 100 $, sauf pour une année électorale (générale ou partielle), alors que 200 $ sont permis. Les candidats peuvent ajouter 800 $ à leur propre bénéfice ou à celui de leur parti.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !