•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lueur d’espoir pour sauver certains trajets de Maritime Bus

L’entreprise privée reporte de deux semaines l’annulation de ses trajets vers Campbellton et Edmundston.

Un autocar de l'entreprise Maritime Bus.

L'entreprise Maritime Bus a annoncé en début d'année 2021 qu’elle réduit son offre de transport au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après avoir annoncé une réduction de ses services, notamment dans le nord du Nouveau-Brunswick, Maritime Bus annonce jeudi un sursis de deux semaines.

En début d’année, le transporteur privé avait annoncé qu’il allait mettre fin à certaines de ses liaisons en autocar à compter du 15 janvier.

À présent, l’entreprise indique qu’elle va maintenir jusqu’à minuit, le 31 janvier, les liaisons Campbellton-Moncton, Fredericton-Edmundston, Fredericton-Moncton et Fredericton-Saint-Jean.

Le propriétaire de Maritime Bus, Mike Cassidy, estime qu’il est toujours possible de trouver une solution pour aider financièrement son entreprise.

Mike Cassidy en entrevue par webcam.

Mike Cassidy, président de Maritime Bus, en entrevue le 14 janvier 2021.

Photo : Radio-Canada

La province et les municipalités ne se sont pas entendues sur un modèle de financement à frais partagés, dit-il. Mike Cassidy indique que ce sursis est annoncé dans l’espoir qu’un accord soit conclu d’ici la fin du mois.

Il semble y avoir un esprit parmi toutes les parties pour arriver à un modèle de financement convenu pour garder Maritime Bus sur la route au Nouveau-Brunswick avec son réseau complet, a écrit Mike Cassidy dans un communiqué, jeudi. Je demande que l’émotion et la politique soient mises de côté et que nous prenions la bonne décision pour maintenir les services d’autobus dans la province.

Il souligne par ailleurs qu'un appel téléphonique du directeur général de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (AFMNB), Frédérick Dion, l'a fait réfléchir.

Le maire du village d’Atholville, Michel Soucy, qui est président du conseil d’administration de l’AFMNB, réitère l'importance du transport en autocar pour les citoyens du nord de la province.

Ce n’est pas gâter une population, d’offrir un service essentiel.

Michel Soucy, maire d'Atholville

Après s'être fait tirer l'oreille, le gouvernement du Nouveau-Brunswick se dit maintenant prêt à essayer de trouver une solution.

Les intervenants ont rappelé à la province que des fonds du gouvernement fédéral sont disponibles pour financer le transport en commun en période de pandémie.

Daniel Allain en entrevue par webcam.

Daniel Allain, député de Moncton-Est et ministre de la Réforme de la gouvernance locale, en entrevue le 14 janvier 2021.

Photo : Radio-Canada

Il y a certaines personnes qui utilisent les autobus au Nouveau-Brunswick, puis on reconnaît ça, et on trouve ça important qu'on maintienne le service, mentionne Daniel Allain, le ministre de la Réforme de la gouvernance locale.

Il y a une enveloppe qui existe avec la relance sécuritaire, donc on va voir, avoir des discussions avec le gouvenement fédéral, à savoir si qu'on peut utiliser les fonds de cette entente, a-t-il déclaré.

Le propriétaire de Maritime Bus, lui, est catégorique.

Sans la contribution du gouvernement provincial, Mike Cassidy dit qu’il n’aura plus les moyens de faire circuler ses autobus voyageurs au-delà du 31 janvier.

Certaines liaisons ne sont pas touchées par les réductions de services annoncées récemment. L’entreprise n’envisage pas de couper le service de Moncton, Saint-Jean et Fredericton vers l'Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse. Mike Cassidy souligne avoir obtenu une aide financière des deux autres provinces maritimes.

D’après le reportage de François Vigneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !