•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poursuite réglée pour un ancien gendarme impliqué dans la mort de Dziekanski

Kwesi Millington.

Kwesi Millington, un des quatre anciens agents de la Gendarmerie royale du Canada impliqués dans l’affaire Robert Dziekanski.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Radio-Canada

Kwesi Millington, un des quatre anciens agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) responsables de la mort de l'immigrant polonais Robert Dziekanski à l'aéroport de Vancouver en 2007 a réglé une poursuite intentée contre le procureur général du Canada et la province de la Colombie-Britannique, selon son avocat.

En 2019, Kwesi Millington a poursuivi les gouvernements fédéral et provincial, alléguant que la négligence et la conduite de la GRC ont entraîné chez lui des blessures et des dommages corporels, dont le syndrome de stress post-traumatique, la dépression et l'anxiété.

Son avocat, Sebastien Anderson, n'a pas discuté des détails du règlement de son client, mentionnant seulement que, dans le cadre de celui-ci, la GRC a fourni à M. Millington une lettre à l'appui d'une demande de pardon.

Je suis sûr qu'il [M. Millington] n'est pas content, mais il est soulagé que ce chapitre de sa vie soit arrivé à sa fin, a déclaré Sebastien Anderson.

Une mort qui a fait couler beaucoup d’encre

En 2007, Robert Dziekanski, qui ne parlait pas anglais et venait s'installer au Canada pour vivre avec sa mère, est arrivé à l'aéroport international de Vancouver. L’homme de 40 ans a passé des heures à la douane. Il est devenu agité, et des agents de la GRC lui ont administré plusieurs décharges de pistolet électrique, ce qui a provoqué sa mort.

Les quatre gendarmes qui sont intervenus ont été accusés de parjure à la suite de l'enquête sur la mort de Robert Dziekanski.

Robert Dziekanski tient une petite table.

L'immigrant polonais Robert Dziekanski photographié à l'aéroport international de Vancouver avant l'affrontement avec les agents de la GRC.

Photo : La Presse canadienne

Des peines remises en question

Pour sa part, Sebastien Anderston met en lumière les différents traitements qui ont été réservés aux quatre agents. Les deux hommes blancs accusés de parjure dans l'affaire ont été acquittés, tandis que Kwesi Millington et Monty Robinson, qui sont tous les deux des personnes de couleur, ont été condamnés.

Les deux agents ont été reconnus coupables par la Cour suprême de la Colombie-Britannique de collusion pour inventer un témoignage à l'enquête du juge Thomas Braidwood sur la mort de Robert Dziekanski.

Kwesi Millington a été condamné à 30 mois de prison. Il a été libéré depuis.

Une expérience traumatisante

C'était très traumatisant, en fait, a déclaré son avocat.

Pendant une grande partie de sa peine, il a été détenu en isolement et n'a eu aucun contact avec sa famille ou toute autre personne en dehors de l'établissement.

Sebastien Anderson, avocat de Kwesi Millington

Selon ce dernier, aucune bonne raison n'a été donnée pour l'ordre d'isolement. C'était quelque chose qui était totalement inutile dans les circonstances.

Dans sa poursuite, M. Millington a allégué que la GRC l'avait diffamé à plusieurs reprises publiquement, alors que ses actions durant les faits du 14 octobre 2007 avec Robert Dziekanski se sont révélées conformes à la formation qu'il avait reçue.

CBC/Radio-Canada a contacté les bureaux du procureur général et du solliciteur général de la Colombie-Britannique pour obtenir un commentaire sur le règlement, ainsi que le bureau du procureur général fédéral. Aucun d'eux ne l'a fait au moment de la rédaction de cet article.

L’avocat de Kwesi Millington a confié que son client avait suivi des cours d'entraîneur à la résilience, afin d’aider d'autres personnes vivant des situations traumatisantes.

Avec les informations de Rafferty Baker

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.