•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Malartic perdra son comptoir de la Banque Nationale

La façade de la succursale de Malartic de la Banque Nationale.

La succursale de la Banque Nationale de Malartic fermera son comptoir le 16 juillet 2021.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

La Banque Nationale fermera le comptoir de sa succursale de Malartic le 16 juillet prochain.

Toutes les activités de l’institution bancaire seront fusionnées à la succursale de la 3e Avenue à Val-d’Or et les employés seront relocalisés. La population aura cependant toujours accès à un guichet automatique sur la rue Royale à Malartic.

Selon Jean-François Cadieux, directeur principal Affaires publiques à la Banque Nationale, le volume des transactions au comptoir explique cette décision.

Les transactions de nos clients par solution internet ou mobile sont en hausse de 7 % par année. À l’inverse, on note une baisse de 10 % par année des transactions au comptoir depuis un certain temps à Malartic. Ça a beaucoup influencé notre décision, explique-t-il.

Cette décision survient deux ans à peine après la fermeture de la succursale de la Banque TD à Malartic. Le maire de Malartic, Martin Ferron, est furieux et il invite la population à boycotter la Banque Nationale si elle ne renverse pas sa décision.

On est très déçus et sous le choc, lance-t-il. C’est toujours pareil. Les citoyens passent en deuxième et il faudrait continuer à leur donner notre argent et augmenter leurs profits, qui sont à la hausse à chaque année. On est une municipalité de centralité et ça nous dévitalise. Je demande aux gens de boycotter si elle ne change pas son fusil d’épaule. Pas question de laisser nos sommes là. Ils ne respectent pas les citoyens de Malartic.

La Banque Nationale dit vouloir continuer à desservir sa clientèle de Malartic à partir de Val-d’Or. Une équipe mobile de conseillers, planificateurs financiers ou directeurs de comptes entreprises pourra se déplacer à Malartic, sur rendez-vous, en résidence ou en entreprise.

Pour Martin Ferron, une telle solution n’est pas acceptable. Ça ne nous satisfaisait pas plus quand la SAQ avait fermé. On a encore une bonne partie de la population qui aime avoir les services humains aux guichets, des personnes âgées, qui n’ont pas internet ou d’autres qui ne veulent pas l’avoir. Oui, le numérique s’en vient fort, mais le contact humain devrait rester, ajoute-t-il.

Le maire de Malartic n’a pas eu de contact avec la direction de la Banque Nationale. Il a cependant interpellé le ministre Pierre Dufour pour qu’il intervienne dans le dossier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !