•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les communautés francophones demandent plus de représentativité à Radio-Canada

Gros plan sur le visage d'un homme.

Le président de la Fédération des communautés francophones et acadiennes, Jean Johnson, va demander lundi à Radio-Canada de mieux représenter les communautés francophones hors Québec.

Photo : Radio-Canada

Des organisations de promotion des communautés francophones du Canada sont appelées à témoigner devant l’audience de renouvellement des licences de diffusion de CBC/Radio-Canada du CRTC au cours des prochains jours.

La Fédération des communautés francophones et acadiennes du Canada (FCFA) devrait s’adresser le 27 janvier au comité chargé d’évaluer le renouvellement des droits de diffusion de Radio-Canada et de CBC.

Son président, Jean Johnson, demande au diffuseur public plus de représentativité des communautés francophones du pays au sein du diffuseur public.

On veut plus de contenu, 15 %, on demande que nos communautés puissent se reconnaître dans les grands programmes comme Midi info ou le Téléjournal, explique-t-il.

Pour arriver à mieux représenter la francophonie canadienne, la FCFA va proposer à Radio-Canada d’établir un autre centre hors du Québec.

L’objectif, selon lui, est de coordonner et produire du contenu qui met en valeur les communautés francophones hors Québec pour les envoyer dans le réseau.

M. Johnson affirme qu'il s'agit d'une opportunité pour Radio-Canada de remplir son mandat de renforcer la francophonie canadienne avec l’établissement d’un tel centre.

On entend Mme Joly et M. Trudeau parler de solidifier la langue française partout au Canada et au Québec et Radio-Canada peut remplir cette mission, dit-il.

Le président de la FCFA ne compte pas s’opposer au renouvellement des licences de diffusion de CBC/Radio-Canada, mais propose de soutenir ce renouvellement en demandant au diffuseur public de s’engager à mettre en place un nouveau centre pour les francophones hors Québec.

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) devrait quant à elle s’adresser au CRTC plus tard la semaine prochaine.

Les consultations à propos du renouvellement des licences de CBC/Radio-Canada se poursuivront jusqu'au 27 janvier. Il sera possible de suivre l'audience sur le site web du CRTC (Nouvelle fenêtre).

L’AFO demande de miser sur les régions

Au micro de Martine Laberge vendredi, le président de l’AFO, Carol Jolin, a lui aussi posé un regard critique sur la représentativité des communautés francophones hors Québec au sein du diffuseur public.

Ce constat s’appuie sur un sondage qui a été réalisé auprès de 277 membres de l’AFO au début de 2020.

Le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, Carol Jolin en entrevue dans une salle de rédaction.

Le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, Carol Jolin.

Photo : Radio-Canada

Même si, selon lui, le travail des stations régionales mérite la note A, M. Jolin est d’accord avec les critiques formulées par la FCFA au réseau national qui accuse Radio-Canada d’être montréalisé.

Pour remédier à ce problème, l’AFO propose de changer le modèle de gouvernance du diffuseur public, en créant quatre entités régionales autonomes.

Ces entités auraient comme mandat de mieux représenter les communautés francophones.

Il affirme que ces stations, qui auraient leur propre budget et leur propre programmation, pourraient mieux réaliser ce mandat.

Radio-Canada ne se soucie pas des francophones hors Québec

Interrogé au micro d’Éric Robitaille jeudi, l’éditorialiste du site web Francopresse Réjean Grenier brosse lui aussi un portrait critique du traitement des communautés francophones hors du Québec.

Selon lui, Radio-Canada ne se soucie pas des francophones hors Québec.

Un homme tient un stylo et est assis à un bureau.

Réjean Grenier affirme que Radio-Canada ne se soucie pas des francophones en milieu minoritaire.

Photo : Travis Gagnon

Il explique que le réseau d’informations est centré sur Montréal et que les communautés hors Québec ont rarement une place dans les bulletins de nouvelles et les émissions.

Pour y remédier, M. Grenier demande au diffuseur public de mettre plus d’accent sur ses stations régionales pour couvrir les actualités.

Il faut que Radio-Canada se fie à ses stations régionales, parce qu’elles existent et que ces postes locaux alimentent le réseau, explique-t-il.

Cette affirmation est cependant contredite par Éric Robitaille, qui soutient que les contenus du Nord de l’Ontario se rendent régulièrement dans les bulletins nationaux.

L’animateur souligne que le réseau anglophone et ses stations régionales présentent régulièrement du contenu provenant des stations locales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !