•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Québec offre un sursis pour le paiement des taxes

La façade de l'hôtel de ville de Québec

Hôtel de ville de Québec

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

La Ville de Québec permettra finalement aux contribuables de retarder chacun des quatre versements d’impôts fonciers de quelques mois comme elle l’avait fait l’an dernier quand la pandémie s’est déclarée.

Le sursis est de trois mois pour les deux premiers paiements. Celui du 3 mars pourra donc être effectué le 3 juin et celui du 3 mai, le 3 août. Pour les deux autres, le délai est de deux mois et demi. Le paiement du 5 juillet est ainsi reporté au 15 septembre et celui du 3 septembre devra être acquitté le 15 novembre.

L’administration Labeaume évalue que cette mesure coûtera environ 2 millions de dollars au trésor public, mais le maire affirme que la somme avait déjà été prévue dans le budget adopté en décembre.

Il y avait un ensemble de risques qu'on a budgété, dont l'hypothèse du report de l'échéance des taxes. C'était déjà calculé, il nous restait à prendre la décision, explique Régis Labeaume.

En réponse aux restaurateurs et commerçants qui manifestaient leurs inquiétudes au début de la semaine, le maire explique que la décision devait être prise par le Comité exécutif, qui se réunissait pour la première fois de puis les Fêtes jeudi matin. Régis Labeaume juge qu'il n'y avait pas d'urgence à statuer sur la question puisque le premier paiement n'était pas dû avant le début du mois de mars.

Comptes papier inchangés

Les propriétaires ne doivent pas s’attendre à voir apparaître les nouveaux échéanciers sur les comptes qu’ils recevront par la poste en début d’année. À dessein, la Ville a imprimé la documentation avec les dates habituelles, notamment parce que l’an dernier un contribuable sur deux a payé à temps, sans profiter du délai additionnel.

Malgré la COVID-19 et le choc économique lié à la pandémie, le maire souligne que les défauts de paiement ont augmenté d’à peine 0,6 % en 2020 pour un total de 97,7 % des comptes payés à la fin de l’année. Dans la colonne des comptes en souffrance, 2,2 % sont liés à des restaurants.

Malgré tous les malheurs que les commerçants ont connus en 2020, l'ensemble des mesures des trois niveaux de gouvernement fonctionne, conclut Régis Labeaume.

Je ne dis pas que ça va bien, c'est pas ça la question. Je dis que quant à nous, quant aux taxes payées à la Ville de Québec, il n'y a quasiment pas de différence avec 2019.

Régis Labeaume, maire de Québec

Pour l’instant, le maire de Québec n’ose pas faire de prédiction sur les paiements de taxes pour l’année qui s’amorce. Il souligne qu’il n’y a pas si longtemps, personne n’imaginait que le Québec serait soumis à un couvre-feu.

Comptes en souffrance à la fin de 2020

  • Total : 27,3 M$
  • Restaurants : 550 000 $
  • Hôtels : 1 638 000 $

Stationnements, terrasses et rues piétonnes

Dans le but d’aider les commerces, la Ville de Québec a l’intention d’aménager une cinquantaine de places de stationnement de courte durée, ce qui facilitera la vie des clients qui passent chercher un plat à emporter ou une commande passée en ligne.

En prévision de l’été 2021, le maire de Québec confirme aussi que toutes les mesures de l’an dernier seront reconduites. Les restaurateurs pourront donc aménager leur terrasse, peu importe la taille, en se procurant un permis à 50 $.

Les rues piétonnes aussi seront de retour tant et aussi longtemps que les sociétés de développement commercial en font la demande. Toutes les SDC et les regroupements de marchands qui veulent des rues piétonnes les auront à leurs conditions si tant est que la sécurité est assurée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !