•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour graduel à la normale pour les chirurgies et fin des quarts de 12 heures

Des infirmières des soins intensifs de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus nous ont ouvert les portes de leur département.

Des infirmières au travail en milieu hospitalier.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les chirurgies reprennent graduellement dans les blocs opératoires de la région à la faveur de la baisse du nombre d'hospitalisations de patients atteints de la COVID-19. Dans la même foulée, le CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean met fin aux quarts de travail de 12 heures dans plusieurs de ses départements.

La disponibilité obligatoire à temps complet du personnel soignant est également abandonnée dans certains secteurs. Le changement des horaires avait été appliqué, cet automne, afin de réduire le nombre de quarts de travail à combler.

Les quarts de travail de 12 heures sont toutefois maintenus dans certains CHSLD du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

La présidente régionale de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), Julie Bouchard, confirme qu'il s'agit d'un certain retour à un rythme plus régulier. On retrouve une vie normale, les opérations quotidiennes reprennent. Alors, depuis le début de la semaine, au lieu d'être à 30-35 % au niveau du bloc opératoire à Chicoutimi, il y a une augmentation des opérations qui se fait autour de 50 à 60 %, a-t-elle raconté jeudi.

Lors d'un point de presse avec François Legault lundi, la sous-ministre adjointe à la Direction générale des affaires universitaires, médicales, infirmières et pharmaceutiques au ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, la Dre Lucie Opatrny, avait indiqué que les salles d’opération du Saguenay-Lac-Saint-Jean étaient fermées à environ 60 %.

L'extérieur de l'hôpital de Chicoutimi.

L'hôpital de Chicoutimi

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

6,5 salles sur 12 à Chicoutimi

Selon des données fournies jeudi par le CIUSSS, le bloc opératoire de l'hôpital de Chicoutimi est fonctionnel à 55 %, soit 6,5 salles d'opération sur 12.

Du côté des hôpitaux d'Alma et de Roberval, ils sont fonctionnels à 50 %, tandis que le bloc opératoire à Dolbeau-Mistassini est actif à 100 %.

À l'autre bout du spectre, celui de l'hôpital de Jonquière n'est pas en activité, alors que la situation est toujours en évaluation en raison de la pandémie.

Les activités ont repris plus rapidement au Lac-Saint-Jean en raison de la plus petite taille des installations. À l'hôpital de Chicoutimi, la reprise des activités se fait plus tranquillement dû au volume d'activité et au nombre de spécialités, plus élevé.

Il y avait, jeudi, 25 patients hospitalisés en raison de la COVID-19, dont cinq aux soins intensifs. Pour saisir l'impact de la baisse, il y avait 60 personnes hospitalisées le 28 décembre et 73 le 4 décembre.

On commence à prendre le dessus tranquillement par rapport à la période difficile qu'on avait avant les Fêtes, puis actuellement on fonctionne, je vous dirais autour de 50 à 60 % de notre activité chirurgicale, a confirmé le chef du département de chirurgie du réseau de la santé de la région, Hans McLelland.

Des priorités

Les chirurgies orthopédiques non urgentes comme les prothèses pour la hanche ou le genou et les chirurgie de l'épaule sont mises sur la glace. La place est laissée aux cas d'oncologie, aux chirurgies cardiaques et vasculaires. À cela s'ajoutent les chirurgies urgentes, peu importe la spécialité. Chaque opération est évaluée et certaines sont sélectionnées.

Finalement, selon le CIUSSS, 83 % des endoscopies sont actuellement réalisées par rapport à la normale.

D'après des informations d'Annie-Claude Brisson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !