•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Terre-Neuviens seront appelés aux urnes le 13 février

Andrew Furey le 15 janvier 2021 annonce le déclenchement d'élections.

Le chef libéral Andrew Furey a déclenché vendredi des élections générales à Terre-Neuve-et-Labrador.

Photo : La Presse canadienne / Paul Daly

Le chef du Parti libéral de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Furey, annonce le déclenchement d'élections générales. Les électeurs seront convoqués aux urnes le 13 février.

Andrew Furey, élu à la tête de sa formation politique en août dernier, a fait cette annonce lors d'un point de presse à 18 h, heure locale. Plus tôt en après-midi, il a rencontré la lieutenante-gouverneure à sa résidence.

M. Furey vise à remporter ses premières élections générales et à obtenir assez de sièges pour que les libéraux deviennent majoritaires à la chambre d’assemblée.

Il a promis de redresser les finances du gouvernement, alors que la province doit gérer le mégaprojet hydroélectrique de Muskrat Falls — qualifié de fiasco —, ainsi qu'une dette insoutenable et un secteur pétrolier au ralenti.

Mais avant de s’attaquer au prochain budget et aux défis financiers de Terre-Neuve-et-Labrador, il espère que les libéraux pourront d'abord contrôler la législature, en gagnant dans plus de la moitié des 40 circonscriptions.

Son principal adversaire dans la course sera le chef progressiste-conservateur, Ches Crosbie, qui essaie pour la deuxième fois de devenir premier ministre. En 2019, sous M. Crosbie, les progressistes-conservateurs n’ont pas gagné dans une pluralité de circonscriptions, mais ils ont réussi à doubler la taille de leur caucus.

Alison Coffin et Ches Crosbie.

La leader du Nouveau Parti démocratique de Terre-Neuve-et-Labrador, Alison Coffin, et le chef du Parti progressiste-conservateur de la province, Ches Crosbie.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler, La Presse canadienne / Paul Daly

Les libéraux vont aussi affronter le Nouveau Parti démocratique (NPD) et sa leader, Alison Coffin. Le NPD, qui ne compte que trois députés à l'heure actuelle — et qui n'a pas une forte présence à l'extérieur de Saint-Jean et dans l'ouest du Labrador — pourrait toutefois continuer à jouer un rôle important dans un parlement minoritaire.

Économie et écoles

L’économie et les finances publiques vont nécessairement dominer cette campagne électorale, qui aura lieu au moment où un comité d’experts se penche sur la restructuration financière et la relance économique de Terre-Neuve-et-Labrador.

Ce groupe de travail, dirigé par l’ancienne présidente-directrice générale de Postes Canada Moya Greene, devra soumettre son rapport intermédiaire au gouvernement d’ici le 28 février.

Plusieurs leaders syndicaux soutiennent que le comité s’apprête à recommander des compressions draconiennes. Les progressistes-conservateurs et le NPD avaient réclamé que les recommandations du comité soient rendues publiques avant les élections.

En déclenchant la campagne vendredi, M. Furey décide d’envoyer les électeurs aux urnes sans connaître les conclusions du comité.

Le conseil scolaire dans la tourmente

La campagne électorale arrive aussi alors que le Conseil scolaire francophone provincial (CSFP) est dans la tourmente. La directrice générale du CSFP habite en Ontario et n’a pas mis les pieds à Terre-Neuve depuis mars 2020.

De plus, la commission scolaire tente depuis des années d'obtenir du financement pour rénover ses installations existantes et pour construire une nouvelle école à Saint-Jean.

Élections en temps de pandémie

Terre-Neuve-et-Labrador devient la quatrième province à déclencher des élections générales en temps de pandémie, après le Nouveau-Brunswick, la Colombie-Britannique et la Saskatchewan.

Andrew Furey fait une annonce entourée de représentants des médias.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Andrew Furey annonce le déclenchement d'une élection générale, vendredi à Saint-Jean de Terre-Neuve.

Photo : La Presse canadienne / Paul Daly

Dans chacune de ces provinces, le gouvernement sortant a été reporté au pouvoir. Au Nouveau-Brunswick et en Colombie-Britannique, des gouvernements minoritaires sont devenus majoritaires.

Malgré l’absence d'éclosion de COVID-19, les candidats à Terre-Neuve-et-Labrador devront respecter une série de règles sanitaires conçues par la santé publique pour protéger le public.

Les candidats devront limiter les rassemblements, étant donné que la population n’est pas encore vaccinée à grande échelle. Il faudra privilégier les communications sur les réseaux sociaux et maximiser les rendez-vous à l’extérieur — tout un défi pendant le mois de janvier à Terre-Neuve-et-Labrador. Ils pourront toujours faire du porte-à-porte.

Quant au scrutin, Élections Terre-Neuve-et-Labrador s’attend à un plus grand recours au vote postal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !