•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les taxes foncières encore reportées de deux mois à Gatineau

La façade de l'hôtel de ville de Gatineau.

La Maison du citoyen de Gatineau

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Gatineau reporte une fois de plus le paiement des taxes municipales et des permis d'affaires. La mesure, qui est recommandée par le comité exécutif de la Ville, sera soumise au vote des élus vendredi lors d'une séance spéciale du conseil municipal.

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin en a fait l'annonce jeudi, lors de son premier point de presse de l’année.

Au lieu du 3 février et du 30 juin, les dates butoirs pour le paiement des taxes seront repoussées, sans intérêt ni pénalité, aux mois d’avril et d’août. Le maire est convaincu que la majorité des élus vont approuver le règlement.

C’est la deuxième fois que la Ville de Gatineau agit de la sorte. En mars 2020, le comité exécutif avait adopté à l’unanimité une résolution qui accorde un sursis pour l'ensemble des contribuables gatinois.

Maxime Pedneaud-Jobin en entrevue devant des photos historiques sans couleurs.

Maxime Pedneaud-Jobin est le maire de Gatineau.

Photo : Radio-Canada

C’est une décision qui va permettre aux entreprises et aux citoyens qui sont durement touchés par la crise d’avoir une certaine marge de manœuvre dans la gestion de leurs dépenses.

Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

On sait que ça peut être, dans le cas des entreprises, plusieurs dizaines de milliers de dollars et pour les citoyens plusieurs milliers de dollars, donne en exemple M. Pedneaud-Jobin.

Il soutient que ce n’est pas une décision sans conséquence pour la Ville. On va devoir essuyer des pertes qui pourraient aller jusqu’à 1,3 million de dollars, précise-t-il.

Le maire invite ceux et celles qui peuvent le faire à payer leur compte de taxes comme prévu.

Transport en commun : rencontre avec le fédéral à venir

Le maire a réitéré que le temps presse dans le dossier du transport en commun de la municipalité.

Un train sur rail passe devant un hôtel à Aylmer.

Dessin représentant un tramway, chemin d'Aylmer.

Photo : Courtoisie

Le maire dit avoir demandé une rencontre avec des membres du cabinet du premier ministre Justin Trudeau. La réponse a été hâtive et les deux partis cherchent à s’entendre sur une date.

Ça m’envoie une réponse positive, dit le maire de Gatineau. Mais les prochains mois vont être cruciaux, ça nous prend un engagement formel. C’est pour ça que j’étais content que le gouvernement réponde à ma demande.

Selon lui, même si les taux d’utilisation des transports en commun sont extrêmement bas en raison de la pandémie, cela ne remet pas en question le besoin à long terme pour un tel projet.

Propos du conseiller Mike Duggan

Lors de ce point de presse, le maire a également dénoncé les propos tenus par le conseiller du district de Deschênes à l'endroit de la conseillère Myriam Nadeau.

Mike Duggan songe à se présenter comme candidat dans le district de Pointe-Gatineau lors des prochaines élections municipales. Dans une entrevue accordée au journal Le Droit, il avait reproché à l'actuelle élue du district, Mme Nadeau, de ne pas respecter la communauté chrétienne parce que, selon lui, elle n'a pas consulté l'église Saint-François-de-Sales lors de la fermeture de la rue Jacques-Cartier en mai dernier.

M. Duggan dit assez régulièrement des choses qui n'ont pas de bon sens, et je réagis rarement, mais je pense qu'il a dépassé les bornes. Des attaques personnelles comme ça en politique, ça n'a pas sa place, ce n'est pas digne d'un élu, dénonce le maire Pednaud-Jobin.

Il a souvent insulté des collègues, des journalistes, des fonctionnaires, des citoyens. Pour moi, si M. Duggan se sent obligé de changer de quartier, c'est parce qu'il perdrait dans son quartier, ajoute le maire.

Selon lui, le district de Pointe-Gatineau a souffert et la dernière chose dont le quartier a besoin est la politicaillerie sur le dos des citoyens de la part de M. Duggan.

M. Pednaud-Jobin est un politicien, moi je suis un politicien, c'est une année électorale, alors ça commence, a pour sa part rétorqué M. Duggan en entrevue. Je suis quelqu'un de très franc et honnête alors je suis une cible facile. Mais ça ne m'inquiète pas, ça fait partie de la démocratie d'avoir des adversaires.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !