•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les restaurateurs exigent des réponses du gouvernement albertain

Les chaises sont sur les tables dans un restaurant vide.

Les salles de restaurants albertains sont fermées depuis le 13 décembre.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

L’Association de l’hospitalité de l’Alberta demande la réouverture des salles de restaurants dans une lettre rendue publique et adressée au gouvernement albertain.

L’organisation, qui dit rassembler 200 membres de l’industrie, décrit les mesures sanitaires actuelles comme étant injustes et manquant d’équilibre.

Au début du mois de décembre, le gouvernement a ordonné la fermeture de toutes les salles de restaurants, des salons de beauté et de coiffure ainsi que des salles de sport. Les autres commerces peuvent rester ouverts avec une capacité d’accueil limitée à 15 %. Ces mesures ont été prolongées jusqu’au 21 janvier.

Des critères clairs nécessaires

L’Association souhaite connaître les critères utilisés par la province pour décider d’un assouplissement des règles. Elle veut des données chiffrées, comme le nombre de cas actifs et le nombre d’hospitalisations.

Elle demande également au gouvernement de s’engager à ne plus ordonner la fermeture de commerces.

Leslie Echino est assise à une table de son restaurant.

Leslie Echino est la propriétaire de deux restaurants Annabelle's Kitchen et du Bar Annabelle.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Selon la vice-présidente de l’Association, Leslie Echino, le premier ministre albertain lui-même a affirmé par le passé que les restaurants étaient des endroits sécuritaires à faible taux de transmission.

Que devons-nous donc faire pour rouvrir demande la propriétaire de trois restaurants à Calgary.

Elle affirme avoir dépensé 7000 $ en plexiglas et 600 $ en masques pour l'un de ses établissements.

Quand allons-nous rouvrir? À quoi cela va-t-il ressembler? Nous ne pouvons pas fermer à nouveau, ajoute la restauratrice.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Une industrie en crise financière et mentale

Leslie Echino explique avoir besoin d’au moins une semaine pour pouvoir préparer son personnel à une réouverture. Même si les mesures pouvaient être assouplies la semaine prochaine, elle ne planifie rien parce qu’une nouvelle prolongation des restrictions se solderait alors par une perte de 5000 $ de nourriture.

Dans sa lettre, l’Association décrit les conséquences financières et mentales désastreuses d’une prolongation des fermetures. Nous allons continuer de perdre des entreprises et des emplois de manière permanente. Les répercussions à long terme seront un chômage de masse et des dommages irréparables à l’économie et à la culture, est-il écrit.

Leslie Echino mentionne également de nombreux cas de dépression et de détresse psychologique dans son entourage.

Pression accrue

Plusieurs membres du secteur de la beauté font également pression sur le gouvernement albertain pour une réouverture rapide. Un coiffeur de Medicine Hat, dans le sud de l'Alberta, a lancé une pétition en ligne tandis que la propriétaire d'un salon de coiffure d'Innisfail, dans le centre de la province, a ouvert ses portes en contrevenant aux interdictions.

Deena Hinshaw parle devant les drapeaux canadiens et albertains de la salle des médias de l'Assemblée législative.

La Dre Deena Hinshaw a expliqué que les Albertains ne pouvaient pas relâcher leurs efforts pour combattre la COVID-19.

Photo : CBC / Art Raham

Aucun membre du gouvernement n’a répondu à nos demandes d'entrevue.

La médecin hygiéniste en chef de la province, Deena Hinshaw, a pour sa part expliqué dans sa conférence de presse quotidienne que les mesures ont été prises pour réduire le plus possible les contacts entre les gens.

Elle n’a pas précisé les critères utilisés pour les prises de décision sur les mesures sanitaires, mais elle s’est contentée de parler de tendances positives.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !