•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'enseignant du SSF filmé pendant un geste inapproprié remet sa démission

Un ordinateur portable ouvert qui montre une classe virtuelle.

Des élèves suivent un cours sur une plateforme d'enseignement virtuel. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Ben Dorger

L'enseignant du Séminaire Saint-François (SSF) qui a brièvement montré ses organes génitaux à ses élèves, lors d'une classe virtuelle, a remis sa démission jeudi.

Pendant quelques secondes mercredi, l'enseignant, en replaçant ses pantalons, a sorti son sexe devant la caméra de son ordinateur.

Selon son syndicat, il avait activé la fonction de partage d'écran et croyait que ses élèves pouvaient uniquement voir ce qui apparaissait sur son ordinateur.

Or, une fenêtre, en mortaise, montrait aussi ce qui se déroulait derrière sa caméra.

Des séquences vidéo de l'événement ont rapidement circulé sur les réseaux sociaux, déclenchant la prise en charge du dossier par la police.

Les gestes reprochés à l'enseignant font présentement l'objet d'une enquête du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

Ce dernier doit déterminer si l'épisode d'exhibitionnisme était intentionnel ou non.

Un vétéran du Séminaire

L'enseignant en question avait une feuille de route irréprochable, souligne le directeur général du Séminaire Saint-François, Luc Savoie.

Il avait 22 ou 23 ans de service chez nous, indique-t-il. On n'avait rien à lui reprocher avant cet incident.

La direction a rencontré l'enseignant en journée jeudi. À la fin de la rencontre, il remettait sa démission.

Il était hors de question que cette rencontre-là soit négative, souligne Luc Savoie. Nous voulions qu'elle soit marquée par le respect, le respect de l'ensemble de notre personnel, de l'enseignant en question et, surtout, celui de nos élèves et de leurs parents.

Une entente mutuelle

C'est d'un commun accord que l'enseignant a accepté de quitter ses fonctions, assure M. Savoie.

Celui-ci était à quelques mois de la retraite. Bien que les détails de l'accord conclu au cours de la rencontre demeurent confidentiels, Luc Savoie laisse entendre que l'enseignant percevra la retraite malgré sa démission précipitée.

Je dirais que l'aspect humain a primé.

Luc Savoie, directeur général du Séminaire Saint-François

Mise au fait de la démission de l'enseignant, Sonia Beauchamp, conseillère à la formation de la Fédération nationale des enseignants et des enseignantes du Québec (FNEEQ), syndicat qui représente le personnel du Séminaire Saint-François, a indiqué que cette décision était la bonne.

Dans le contexte, je ne vois pas comment il aurait pu retourner en classe, conclut-elle.

Une maladresse coûteuse, selon le syndicat

C'est tellement triste, cette histoire-là, confie Sonia Beauchamp. Il semble que ce soit une regrettable maladresse.

L'enseignant en question est très apprécié et il n'a jamais fait l'objet d'aucun reproche, ajoute Mme Beauchamp.

La direction a demandé aux élèves de ne pas faire circuler la vidéo. Ce monsieur-là était à quelques mois de sa retraite, il pensait la prendre en juin, indique Sonia Beauchamp.

Dure semaine pour le SSF

La même journée, le Séminaire Saint-François recevait coup sur coup deux tuiles sur la tête.

Mercredi, les policiers ont passé les menottes à un enseignant de 28 ans de l’établissement, Dave-Alex Berthelot. Ce dernier fait face à des accusations d'exploitation sexuelle, de leurre, d’avoir rendu accessible à un enfant du matériel sexuellement explicite et de communication indécente.

Nous avons eu de meilleures semaines, admet la responsable des communications du Séminaire Saint-François, Myriam Pagé.

Ce sont comme des bombes qui nous explosent au visage, conclut Luc Savoie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !