•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre ans après l'attentat à la grande mosquée, une commémoration sur le web

Des milliers de personnes se sont rassemblées après l'attentat à la grande mosquée de Québec.

Contrairement aux années précédentes, la commémoration de l'attentat se fera sur Internet.

Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Le 29 janvier, c'est sur Internet que les citoyens effectueront leur devoir de mémoire, quatre ans après l'attentat à la grande mosquée de Québec. En raison de la pandémie, la commémoration aura lieu en direct sur le web et elle sera beaucoup plus courte que par le passé.

On se réinvente , résume l'une des porte-parole du comité organisateur de la commémoration, Maryam Bessiri. Malgré le contexte sanitaire qu'elle qualifie de lourd et difficile, passer ce funeste anniversaire sous silence n'était pas une option.

On veut que tout le monde reste chez lui en sécurité. Par contre, on veut se rappeler que c'est la quatrième année après l'attentat de la grande mosquée de Québec et on veut prendre ce moment-là pour souligner la solidarité avec les familles et les rescapés.

Maryam Bessiri, co-porte-parole du comité organisateur de la commémoration du 29 janvier 2017

De 18 h à 18 h 30, le 29 janvier, la population sera donc invitée à se brancher en ligne pour regarder quelques discours livrés en direct, à partir de l'extérieur de la grande mosquée, où six hommes ont été tués et cinq autres ont été gravement blessés en 2017.

Au contraire des commémorations précédentes, aucun politicien ne prendra la parole, cette année. Seuls des représentants du comité organisateur, de la grande mosquée et des familles des victimes se succéderont au microphone.

Ce rassemblement-là, comme on le dit souvent, c'est un moment qu'on prend en dehors de la vie et des mesures sanitaires [...] pour pouvoir réfléchir en tant que société , résume Mme Bessiri.

Maryam Bessiri dans les studios de Radio-Canada à Québec.

Maryam Bessiri, co-porte-parole du comité organisateur de la commémoration du 29 janvier 2017

Photo : Radio-Canada

Ne pas oublier

Qu'il s'agisse du premier, du quatrième ou du dixième anniversaire de la tuerie, Mme Bessiri estime qu'il sera toujours important de se rafraîchir la mémoire, collectivement, sur ce qui s'est passé à Québec.

Je pense que ça ne perdra jamais de sa valeur de se rassembler autour de cet événement-là, résume-t-elle simplement.

Si on ne se rappelle pas, on oublie. Et quand on oublie, c'est là qu'on risque que les choses se répètent.

Maryam Bessiri, co-porte-parole du comité organisateur de la commémoration du 29 janvier 2017

À son avis, les commémorations précédentes — auxquelles elle a toujours contribué — ont eu pour effet de mettre dans l'espace public certaines discussions qu'on a tendance à oublier de temps en temps .

Elle cite en exemple l'islamophobie et le racisme systémique. Le 29 janvier doit donc demeurer l'occasion de réfléchir au type de société que l'on veut construire au Québec, mais aussi plus précisément à Québec, selon Mme Bessiri.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !