•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bilan de la SQ : davantage de collisions et de victimes en 2020 malgré la pandémie

Une camionnette et un fardier dans un fossé sur le bord de la route.

La SQ a enregistré plus de collisions mortelles en 2020 qu'en 2019.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Radio-Canada

Le nombre de collisions et de décès a légèrement augmenté en 2020 par rapport à 2019 sur les routes sous la responsabilité de la Sûreté du Québec.

Dans son bilan provisoire annuel, la SQ fait état jeudi de 228 collisions mortelles ayant entraîné la mort de 250 personnes l'an dernier. C'est une hausse de 11 collisions et de 17 décès par rapport à 2019, la meilleure année de la décennie au chapitre de la sécurité routière.

Le bilan routier provisoire de 2020 demeure toutefois sous la moyenne des cinq années précédentes à tous les égards. De 2015 à 2019, la SQ avait rapporté en moyenne 236 collisions pour 257 décès chaque année.

La légère hausse de 2020 s'explique notamment par un plus grand nombre d'accidents mortels de motocyclistes. Selon la SQ, ce triste bilan est passé de 41 morts en 2019 à 54 en 2020.

On retrouve en outre 18 piétons et 6 cyclistes parmi les 250 victimes de collisions mortelles recensées l'an dernier.

Encore et toujours la vitesse

Selon les chiffres présentés jeudi, la conduite imprudente et les excès de vitesse demeurent la première cause des collisions mortelles au Québec (29 %), devant l'inattention ou la distraction (14 %) et la capacité de conduite affaiblie par l'alcool, les drogues ou la fatigue (10 %).

Selon la SQ, 20 % des victimes de la route ne portaient pas leur ceinture de sécurité l'an dernier.

Par ailleurs, c'est en Mauricie et dans Lanaudière que le corps de police a enregistré le plus grand nombre de collisions mortelles en 2020, alors que l'Outaouais et les Laurentides détenaient l'an dernier cette position peu enviable.

Un déconfinement mortel

Selon le capitaine Paul Leduc, responsable de la sécurité routière à la SQ, le bilan québécois de 2020, s'il est moins reluisant que celui de l'an dernier, demeure l'un des meilleurs au monde, malgré tout.

De passage sur les ondes de Tout un matin, sur les ondes d'ICI Première, le capitaine Leduc a confirmé que les premiers mois du confinement, en mars, avril et mai de l'an dernier, sont synonymes d'une diminution considérable du nombre de collisions, parce qu'il y avait très peu de déplacements.

C'est au moment du déconfinement, aux alentours du mois de juin, lorsque la population du Québec a eu l'occasion de se déplacer davantage, notamment pour partir en vacances, que les choses se sont gâtées.

On s'est déplacés partout, au Québec. Et aussitôt qu'il y a une hausse des déplacements, malheureusement, ça se traduit par une hausse des collisions.

Une citation de :Capitaine Paul Leduc, de la Sûreté du Québec

Nous considérons que c'est quand même un bilan positif; il y a constamment plus de conducteurs, plus de véhicules sur les routes, au Québec, et il y a toujours une diminution du nombre de collisions. Donc, il y a des messages qui sont compris, les gens font les choses qui doivent être faites. Mais malheureusement, on a perdu 250 personnes, l'an passé, a ajouté M. Leduc.

De ce nombre, a poursuivi le policier, environ le quart était des motocyclistes. Et avec un nombre important de motos vendues lors du déconfinement, notamment à des gens souhaitant s'y initier, faute de pouvoir accomplir d'autres activités, la situation est préoccupante, admet le capitaine Leduc.

Normalement, on a une quarantaine de collisions mortelles; l'an dernier, on en a eu 54, c'est très élevé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !