•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marmen se lance dans la production d'éoliennes en mer aux États-Unis

Des éoliennes dans l'eau photographiées en contre-jour sous un ciel nuageux couleur sépia

L'État de New York a annoncé mercredi la création de parcs d'éoliennes en mer au large de ses côtes qui produiront 2,5 GW.

Photo : The Canadian Press / Heribert Proeppe

Radio-Canada

Marmen s'apprête à participer « au plus gros projet d'approvisionnement en énergie renouvelable en sol américain », a fait savoir la direction de l'entreprise québécoise mercredi soir.

Elle installera une usine de fabrication d'éoliennes en mer qui sera construite au port d'Albany, dans l'État de New York, dès la fin de 2021. Les investissements pour ce projet sont de l'ordre de plusieurs centaines de millions de dollars.

Alors qu'elle se spécialise dans la fabrication d'éoliennes terrestres, l'entreprise basée à Trois-Rivières s'alliera à la norvégienne Equinor et à la danoise Welcon pour mener à terme le projet, qui inclut la construction de l'usine et la production d'éoliennes en mer.

Nous sommes très fiers que notre expertise dans l’industrie éolienne puisse contribuer au développement des énergies renouvelables et à la réalisation des objectifs en matière d'énergie propre, se réjouit Patrick Pellerin, président de Marmen.

La confection des premières éoliennes en mer devrait avoir lieu dès 2023. L'usine permettrait de créer, aux États-Unis, 350 emplois.

Le projet conjoint de Marmen et de Welcon a été sélectionné par l'Autorité de recherche et de développement de l'énergie de l'État de New York.

Nous saluons l'engagement du gouvernement [d’Andrew] Cuomo et de l'État de New York à relever les défis du changement climatique par des actions concrètes et un plan d'énergie propre à long terme, indique Patrick Pellerin.

Maquette du projet d'usine de Marmen à Albany.

L'usine de Marmen dans le port d'Albany, dans l'État de New York, sera sa deuxième usine en sol américain.

Photo : Marmen

Des répercussions jusqu'à Trois-Rivières

Même si le projet aura lieu aux États-Unis, les retombées seraient importantes et positives pour l'entreprise au Québec, a fait savoir la direction de Marmen.

C’est une très bonne nouvelle pour Trois-Rivières quand même, car ça soutient le siège social, qui est à Trois-Rivières, affirme le vice-président à l'exploitation chez Marmen, Vincent Trudel.

Des emplois temporaires seront créés en sol trifluvien. À court terme, il y a des activités d’ingénierie qui vont être effectuées à Trois-Rivières pour cette usine, donc on cherche dès maintenant plusieurs ingénieurs, techniciens et dessinateurs pour terminer la conception de cette usine-là, a-t-il déclaré en entrevue à l’émission Toujours le matin.

Vincent Trudel précise que ces éoliennes, qui seront installées en mer, n’auraient pas pu être construites à l’usine de Trois-Rivières.

Ce sont des tours qui ont jusqu’à 10 mètres de diamètre; ce sont des tours [pour lesquelles] il faut absolument que l’usine soit sur le bord de l’eau, explique-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !