•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ordre de rester à la maison en Ontario : les réponses à vos questions

Vue aérienne du parlement canadien et de la rivière des Outaouais enneigée avec des illustration de commentaires

Nous avons récolté les questions soumises par les membres du public du Téléjournal Ottawa-Gatineau à la suite de l'annonce de l'ordre de rester à la maison.

Photo : Radio-Canada / Montage : Laury Dubé

L’Ontario se trouve maintenant en état d’urgence et à partir du 14 janvier à 0 h 01 pour ordre de rester à la maison entrera en vigueur. Cette annonce se traduira par une série de nouvelles restrictions.

Nous avons récolté les questions soumises par les membres du public du Téléjournal d’Ottawa-Gatineau à la suite de cette annonce. Voici les explications des experts à qui nous avons parlé.

Je suis résident d’Ottawa. À partir de jeudi, est-ce que je pourrai encore aller au parc de la Gatineau ou au Camp Fortune pour prendre l’air? Nous sommes nombreux à avoir des laissez-passer de saison.

Les réponses que nous donnent les experts interrogés sont assez claires sur la question des déplacements interprovinciaux : il faut les éviter.

Restez dans la province de l’Ontario si vous y habitez, sauf pour des raisons essentielles comme le travail ou pour aider une personne avec des soins de santé, a expliqué la médecin hygiéniste de Santé publique Ottawa, Vera Etches, hier au Téléjournal Ottawa-Gatineau.

Ce n’est pas pour maintenant d’aller faire du ski de fond dans le parc de la Gatineau, mais ce n’est pas pour toujours.

Vera Etches, médecin hygiéniste de Santé publique Ottawa

Pour les Ontariens qui veulent venir faire du ski ou des activités. Est-ce que c’est une activité essentielle? Si la réponse est non, ils devraient éviter de venir au Québec, pense aussi Daniel Dancause, conseiller principal spécialisé en mesures d'urgence chez Prudent Groupe.

Le centre de ski Camp Fortune rappelle que la surveillance de la provenance des visiteurs est difficile en plus de faire respecter les mesures sanitaires, comme le port du masque, sur le site.

Un porte-parole du centre suggère aux clients ontariens qui désirent un remboursement ou un crédit pour le laissez-passer saisonnier de les contacter par courriel et que le processus habituel pour se faire est en place.

Un autre centre de ski de la région, le Mont-Cascades, quant à lui, rappelle sur son site Web le message des autorités de santé : Les déplacements interrégionaux et interprovinciaux sont non recommandés. Les visiteurs doivent respecter les règles applicables à leur ville de résidence et il est de la responsabilité de chaque individu de suivre les directives de la santé publique.

Le centre de ski Vorlage possède une politique de remboursement claire : entre le 5 janvier et le 15 février 2021, un crédit de 30 % sera offert, et entre le 16 février et le 15 mars, un crédit de 10 % sera offert.

Lors du point de presse du gouvernement de l’Ontario mercredi, la solliciteure générale Sylvia Jones a rappelé que les policiers et les agents des règlements administratifs peuvent donner des constats d’infraction aux personnes ne respectant pas les mesures en place.

Je fournis des soins pour ma mère à la résidence privée Mon chez-nous de Lefaivre. Est-ce que je pourrai continuer à lui rendre visite durant l’ordre de rester chez à la maison?

Le gouvernement de l’Ontario indique qu’il ne peut déterminer ce qui est un déplacement essentiel pour chaque personne de la personne, puisque toutes se trouvent dans des circonstances différentes. Cela dit, nous avons fourni des catégories générales que les gens devraient prendre en considération avant de quitter leur domicile : la nourriture, les services et soins de santé, y compris les médicaments, l’exercice ou le travail, lorsque le travail d’une personne ne peut être effectué à la maison.

La situation des aides-soignants figure parmi ces exceptions selon le médecin hygiéniste du Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO), Dr Paul Roumeliotis. Malgré le nouveau règlement pour rester chez nous, il y a des exceptions. Si vous devez prendre soin d’une personne vulnérable ou d'un proche qui est malade ou qui a besoin de soins, c’est en effet une exception, explique le Dr Roumeliotis.

Je suis père célibataire et ma fille de 12 ans va chez sa mère les fins de semaine. Nous sommes tous les deux à Ottawa. Ma fille fait l'école à distance chez moi la semaine. Est-ce que la mère de ma fille, qui vient la chercher le vendredi après-midi et me la ramène le dimanche après-midi, commet une infraction aux restrictions?

Pour le bien-être d’un enfant et que c’est quelque chose d’essentiel, on ne va pas priver l’enfant ou le séparer d’un parent. Il s’agit d’exceptions, et il faut qu’on utilise notre jugement, dit le Dr Roumeliotis.

Je garde mon petit-fils de 18 mois chez lui, un jour par semaine, pendant que ses parents travaillent. Il est inscrit à une garderie trois jours par semaine. Est-ce que le nouvel ordre de rester à la maison me permet de me déplacer pour continuer à le garder?

À mon avis, ce serait préférable de ne pas le faire, surtout si c’est une personne âgée, qui est à risque. Encore une fois, c’est un cas exceptionnel, qu’on doit prendre au cas par cas. En général, on le décourage à moins qu’il y ait des raisons exceptionnelles, ajoute le Dr Roumeliotis.

Si un projet de rénovation est débuté, allons-nous pouvoir le poursuivre? Si c’est un nouveau projet? Et si nous avons un permis de construction pour un immeuble de copropriétés?

Le gouvernement ontarien considère que la majorité des projets de construction sont essentiels. Pour les constructions de nature résidentielle, voici les types de projets permis :

  • le projet possède un permis pour les maisons unifamiliales, jumelées et en rangée

  • le projet est un immeuble en copropriété, à usage mixte ou un autre immeuble résidentiel

  • le projet comprend des rénovations de propriétés résidentielles et les travaux de construction ont débuté avant le 12 janvier 2021

Avec les informations de Jérôme Bergeron et Karine Lacoste

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !