•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il risque de perdre 240 millions de dollars en bitcoins pour un mot de passe oublié

Une illustration du bitcoin.

La valeur du bitcoin dépasse les 35 000 $ américains.

Photo : Getty Images / Paul Paladin

Radio-Canada

Un programmeur attire la sympathie des internautes depuis que le New York Times a rapporté qu’il était à un cheveu de perdre à tout jamais ses bitcoins, dont la valeur est estimée à 240 millions $ US. La raison : il ne lui reste que deux des dix tentatives maximums pour récupérer le mot de passe de son disque dur.

Lorsque Stefan Thomas s’est fait offrir 7002 bitcoins pour avoir réalisé une vidéo explicative sur la cryptomonnaie il y a plus de 10 ans, il était loin de se douter que sa valeur exploserait.

Sur une montée historique depuis quelques mois, un bitcoin vaut à l’heure actuelle d’environ 35 000 $ US.

Stefan Thomas tente tant bien que mal d’accéder à son porte-monnaie numérique stocké sur un disque dur chiffré IronKey, mais il a perdu depuis belle lurette le papier sur lequel était inscrit le mot de passe pour le déverrouiller. Et l’appareil ne permet que 10 tentatives avant de chiffrer son contenu définitivement. Stefan Thomas en est à son huitième essai.

La raison pour laquelle nous avons des banques est que nous ne voulons pas nous occuper de toutes ces choses que font les banques, a-t-il déclaré au New York Times.

Le programmeur allemand qui vit à San Francisco affirme que Bitcoin ne peut le dépanner puisque seules les personnes qui détiennent la cryptomonnaie ont accès au mot de passe.

Sur Twitter, les internautes lui ont proposé à la blague d’essayer des mots de passe tels 1234 ou encore sa date d’anniversaire. Toujours dans le but de rire de la situation, Alex Stamos, ex-responsable de la sécurité de Facebook et maintenant professeur à l'Internet Observatory de Stanford, a offert son aide moyennant un paiement de 10 % de la valeur de son gain.

Ce à quoi Stefan Thomas n’a pas eu la chance de donner suite, car le gazouillis a depuis été effacé par son auteur, qui a indiqué plus tard qu’il recevait trop de demandes pour déverrouiller des portemonnaies numériques.

Avec les informations de The New York Times, Independant, et BBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !