•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les démarches du conseiller Rick Chiarelli contre le commissaire à l’intégrité suspendues

Un homme posé devant un ordinateur portable et un microphone.

Rick Chiarelli, conseiller du quartier College à Ottawa. (archives)

Photo : Giacomo Panico

Radio-Canada

Les démarches judiciaires du conseiller d'Ottawa Rick Chiarelli pour contester le travail du commissaire à l'intégrité de la Ville sont suspendues.

Le conseiller du quartier College est visé par de nombreuses allégations d’inconduites sexuelles et de plaintes en ce sens qui ont fait l’objet d’enquêtes du commissaire à l’intégrité de la Ville d’Ottawa et mené à deux rapports accablants.

Les conclusions des rapports du commissaire Marleau ont conduit à une suspension sans salaire de 15 mois de M. Chiarelli.

L'élu conteste non seulement le résultat des enquêtes, mais il maintient depuis le début des procédures que le commissaire n'a pas l'autorité pour s'occuper des plaintes dont il a fait l'objet. Il estime aussi que le conseil municipal de la Ville d’Ottawa a fait preuve de partialité à son endroit.

Une première audience de révision judiciaire était prévue mercredi matin devant la Cour provinciale de l'Ontario.

Or, un panel de juges, au lieu de trancher, a demandé aux deux parties, soit le conseiller Chiarelli et la Ville d’Ottawa, de se rencontrer hors cour pour trouver un terrain d’entente.

Une rencontre devrait avoir lieu cette semaine.

Si les parties ne parviennent pas à s'entendre au terme de ces négociations, une nouvelle date pour l'audience de révision judiciaire sera fixée.

Huit femmes ont allégué que M. Chiarelli a eu un comportement déplacé à leur égard, a révélé CBC en 2019. Une de ces femmes affirme que, lors d'un entretien d'embauche, le conseiller lui a demandé de venir au travail sans soutien-gorge.

Il a abusé de son personnel en leur confiant des tâches et des fonctions inappropriées. Il a utilisé des stratagèmes d'intimidation et de division, y compris des menaces de licenciement et des représailles pour contraindre des individus à se soumettre à ses demandes, avait écrit en novembre 2020 M. Marleau dans son deuxième rapport sur des plaintes concernant des comportements inappropriés et de nature sexuelle du conseiller Chiarelli.

Avec les informations de Joanne Chianello de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.