•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le site web Not UberEats vient en aide aux restaurants frappés par la pandémie

Un chauffeur d'UberEats se prépare à livrer un repas.

La survie de plusieurs restaurants repose en grande partie sur les commandes en ligne.

Photo : Reuters

Marwa Siam-Abdou

Durant la pandémie, la survie des restaurants repose en grande partie sur les commandes en ligne, mais les entreprises tierces comme Uber Eats, Skip the Dishes et DoorDash peuvent exiger une commission de 30 % sur chaque livraison. Or, un développeur web de Toronto a créé un site qui permet aux restaurateurs de contourner ces frais.

Le projet sans but lucratif, baptisé Not UberEats, s’inspire du service Not Amazon, une plateforme qui répertorie les petits commerces locaux de Toronto. Randy Singh, le créateur du site not-ubereats.com, explique qu’il a eu l’idée après avoir appris la fermeture de ses restaurants préférés.

J’ai vu que les restaurants souffraient en raison de ces frais de livraison, et pendant cette pandémie, plusieurs finissaient par fermer. J’ai voulu les aider à rester ouverts pendant cette période difficile.

Randy Singh, créateur du site Not UberEats

Pendant les Fêtes, il a travaillé en collaboration avec son collègue Gamaliel Obinyan afin de générer une liste des restaurants de la Ville Reine qui offrent leur propre service de livraison.

Les propriétaires de restaurants peuvent s'inscrire gratuitement sur le site, et les clients peuvent effectuer des recherches en fonction de la distance et des types de cuisines offerts.

Le site peut ainsi orienter le client directement vers le menu du restaurant. Les restaurants pourraient être découverts plus facilement et peuvent éviter de payer des frais de livraison de tierces parties.

Depuis son lancement en début janvier, le site a attiré près de 7000 visiteurs. Selon M. Singh, le nombre de visiteurs continue de grimper. Je ne m'attendais pas à ce que le site attire autant d'attention, explique-t-il.

Une hausse des commandes de nourriture en ligne pendant la pandémie

Une étude menée par le Laboratoire des sciences analytiques en agroalimentaire de l’Université Dalhousie en novembre 2020 a révélé que 26,3 % des Canadiens ont eu recours à des services de commandes en ligne comme Uber Eats ou Skip the Dishes.

Données démontrant l'usage des applications pour les commandes de nourriture.

Selon une étude menée par l'Université Dalhousie, plus de 25 % des Canadiens utilisent une application de livraison.

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

Le rapport souligne qu'à la fin de l'année, le nombre de Canadiens qui ont commandé de la nourriture en ligne a grimpé de 45,4 %. L'étude estime également que 4,2 millions de Canadiens de plus ont commandé de la nourriture en ligne au moins une fois par semaine.

Avec les données dont nous disposons maintenant et compte tenu des investissements dans le secteur, nous croyons que même après la pandémie, les Canadiens continueront d’apprécier la commodité fournie par l’achat en ligne , explique Sylvain Charlebois, directeur du Laboratoire.

M. Singh espère que le bouche-à-oreille pourrait attirer l’attention de plus en plus de personnes, et que ce service sera avantageux pour les restaurants qui peinent à survivre pendant cette pandémie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !