•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Michel Potvin exige moins de services à la STS, mais Marc Pettersen s’oppose

Un autobus de la STS avec deux étudiants qui attendent pour embarquer à l'intérieur.

Un autobus de la Société de transport du Saguenay.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le conseiller municipal et président de la Commission des finances, Michel Potvin, conteste le maintien du service de la Société de transport du Saguenay (STS) en soirée, malgré le couvre-feu.

Selon lui, les autobus roulent sans passagers dans les quartiers après 20 h. Il indique que la STS dispose d’un budget important et qu’il faut faire des choix. Celui qui n’a pas encore confirmé s’il serait candidat à la mairie en novembre souhaite provoquer un débat public sur la question.

Je veux en faire un enjeu électoral.

Michel Potvin, conseiller municipal et président de la Commission des finances

Marc Pettersen est contre

De son côté, le conseiller municipal et président de la STS, Marc Pettersen, est d’un tout autre avis. Selon lui, il ne faut surtout pas abandonner les usagers dans le besoin, même si certains autobus circulent avec peu de passagers.

On ne peut pas arrêter le service. Il faut qu’on aille chercher les gens dans leur milieu pour les amener au travail.

Marc Pettersen, conseiller municipale et président de la STS

En entrevue à l’émission C’est jamais pareil, il a précisé que le budget de l’organisme provenait essentiellement de subventions gouvernementales et que Michel Potvin n’avait pas à s’inquiéter.

D’ailleurs, il accuse carrément son collègue à la table du conseil d’être contre la STS depuis le début de son mandat. La pandémie n’est qu’un autre prétexte pour attaquer l’organisme, selon Marc Pettersen.

Ce n’est pas le temps de profiter de la pandémie pour planter la STS et essayer d’enlever des services, alors que nous on fait des demandes au gouvernement pour améliorer notre service et que ça va relativement bien, déplore M. Pettesen.

Il ne croit pas que le sujet puisse devenir un enjeu électoral. Il considère plutôt qu’il faut un projet de société pour gagner une élection.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !