•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise de la COVID-19 au CHSLD Laflèche : des audiences publiques en avril

Un patient tient la barre métallique de son lit d'hôpital.

Plus de 40 personnes sont décédées de la COVID-19 au CHSLD Laflèche, à Shawinigan. (Archives)

Photo : AFP via GETTY / HANNAH MCKAY

Radio-Canada

Le Bureau du coroner du Québec tiendra des audiences publiques du 26 au 29 avril au sujet d’un décès lié à la COVID-19 au CHSLD Laflèche. Cette enquête va permettre de se pencher sur la gestion de l’éclosion à cet établissement de Shawinigan.

Au CHSLD Laflèche, situé dans le secteur Grand-Mère, 44 résidents sont morts de la COVID-19 durant la première vague. En tout, 107 usagers sur environ 130 ainsi que 84 employés de cet établissement ont été infectés par le SARS-CoV-2.

L’idée d’enquêter sur le CHSLD Laflèche est survenue dans la foulée de l’enquête publique sur la cinquantaine de morts survenues au CHSLD Herron, selon le coroner en chef adjoint au Bureau du coroner du Québec, Me Luc Malouin.

L’équipe [...] s’est posé la question, est-ce qu’il y a le même problème à la grandeur du Québec?, a expliqué le coroner en chef adjoint, en entrevue à l’émission Toujours le matin.

Le Bureau du coroner précise, par voie de communiqué, que l'enquête porte sur les décès survenus entre le 12 mars et le 1er mai 2020 au CHSLD Herron de Dorval ainsi que sur un échantillonnage de décès survenus dans des milieux d'hébergement pour aînés, pour personnes vulnérables ou en perte d'autonomie au cours de la même période.

À Shawinigan, le Bureau du coroner s’intéressera à un décès survenu le 6 avril, selon nos informations.

Quatre jours ont été prévus pour la tenue des audiences publiques à ce sujet. Elles se dérouleront au palais de justice de Shawinigan.

Pourquoi enquêter sur un seul décès?

Pour obtenir le droit d’enquêter dans un CHSLD, il faut cibler un décès, explique le coroner en chef adjoint, Me Malouin.

Juridiquement, ça donne la possibilité à la coroner de questionner [par rapport] à tout ce qui s’est passé, dit-il.

La coroner et avocate Géhane Kamel présidera la vaste enquête.

Dans un premier temps, Me Kamel établira les causes et les circonstances des décès ciblés dans chaque milieu d'hébergement. Par la suite, elle pourra élargir la réflexion sur le sujet, notamment en entendant des témoins et des acteurs privilégiés de l'hébergement des personnes âgées au Québec, indique le Bureau du coroner

Son équipe et elle formuleront par la suite des recommandations dans le but d'éviter d'autres décès et de protéger la vie humaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !