•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un étudiant de Nanaimo se rendra aux Olympiques culinaires en 2024

Ottis Crabbe dans une cuisine.

Ottis Crabbe, 19 ans, représentera le Canada lors des Olympiques culinaires juniors en Allemagne en 2024.

Photo : Université de l'île de Vancouver (VIU)

Un jeune étudiant de l’Université de l’île de Vancouver, à Nanaimo, représentera le Canada au sein de l’équipe junior lors des Olympiques culinaires qui se tiendront à Stuttgart en Allemagne en 2024.

Ottis Crabbe, 19 ans, a commencé à cuisiner en 2013 dans le restaurant de ses parents, à Ucluelet.

J’ai commencé par travailler à l’avant, mais avec le temps, j’ai fini par travailler plus près des fourneaux, raconte celui qui se passionne pour la cuisine.

En 2024, il se joindra d’ailleurs à huit autres étudiants à travers le pays pour former l’équipe canadienne dans ce qui est considéré comme la plus importante et prestigieuse compétition culinaire au monde.

Tenus tous les quatre ans par l’Association des chefs allemands, les Olympiques culinaires ont regroupé, en 2020, plus de 1800 participants en provenance de 67 pays, selon le site web de l’organisation.

Ottis Crabbe admet qu’il devra s’entraîner pendant plusieurs semaines afin de se préparer adéquatement pour la compétition qui consiste à cuisiner une série de plats gastronomiques et d’entrées qui seront jugées par des chefs.

Je suis comme un athlète olympique de la cuisine, ce qui est assez impressionnant et je suis vraiment heureux d’y représenter l’Université. J’ai hâte de voir mon propre potentiel et de prouver, pas seulement au chef, mais à moi-même, à quel point je peux réussir, dit-il.

Le jeune homme ne cache pas non plus son ambition. Si les Olympiques culinaires représentent sa toute première participation à une compétition du genre, Ottis Crabbe souhaite poursuivre sur cette lancée et participer à plus de compétitions dans l’avenir.

La cuisine c’est vraiment unique, c’est une poussée d’adrénaline perpétuelle, c’est aussi intense que la quantité d’effort qu’on y met et on ne peut jamais arrêter d’apprendre, c’est toujours une progression, explique-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !