•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un observatoire ouvre ses portes dans la réserve de ciel étoilé de Beaver Hills

Des gens sur la plateforme de l'observatoire Hesje scrutent le ciel avec un télescope.

L'Observatoire Hesje est situé au cœur de la réserve de ciel étoilé de Beaver Hills, près d'Edmonton.

Photo : Fournie par l'Université de l'Alberta

Radio-Canada

Le premier observatoire de l'Ouest canadien dans une réserve de ciel étoilé a ouvert ses portes mardi à Beaver Hills, au sud-est d'Edmonton.

Une réserve de ciel étoilé est une région où des mesures ont été prises afin de minimiser la pollution lumineuse.

Que vous observiez les aurores boréales, les étoiles ou les planètes, la région d'Edmonton offre un nouvel outil afin d'y voir de plus près dans ce ciel obscur, loin des lumières de la ville.

L'observatoire Hesje, dont le projet a été lancé en 2019, a vu le jour grâce à un don de 500 000 $ de l'Université de l'Alberta et de l'homme d'affaires retraité Brian Hesje. Il s'inscrit dans une volonté d'information et de sensibilisation à la pollution par la lumière.

Le dôme, qui chapeaute l'observatoire, offre une vue de l'espace au-dessus de la cime des arbres grâce à son télescope puissant. La structure est aussi entourée d'une plateforme extérieure, équipée d'un télescope portable. Elle dévoile l'étendue des 300 kilomètres carrés de la réserve de ciel étoilé de Beaver Hills.

Lorsque la pandémie sera contrôlée, les gens pourront apporter leur propre appareil, confirme Glynnis Hood, la directrice de la station de recherche et professeure en sciences environnementales au Campus Augustana. Pour l'instant, l'observatoire n'est ouvert qu'aux étudiants et aux chercheurs qui sont conscients des bénéfices d'un tel projet.

Le télescope dévoilera tout un univers et permettra d'observer certains phénomènes rares, comme on en a eu la semaine dernière [les planètes apparaissaient plus près les unes des autres].

Glynnis Hood, directrice, station de recherche

Un projet qui sert la science, l'éducation et les loisirs

Glynnis Hood explique que plusieurs aspects, comme le sommeil, la reproduction, la migration et la réponse immunitaire, pour n'en nommer que quelques-uns, sont modifiés par la pollution lumineuse. Les humains, autant que la flore et la faune, en souffrent, d'où l'importance de sensibiliser la population en général et d'ouvrir les portes au public.

Nous voulons organiser des activités éducatives, des événements et des visites pour le grand public, révèle Glynnis Hood. L'observatoire étant situé près du Parc provincial du lac Miquelon, il bénéficie d'infrastructures qui permettent de se loger à proximité et d'utiliser les services du parc.

Cet observatoire fait de l'Université de l'Alberta la première université de l'ouest du Canada à avoir une telle infrastructure dans une réserve de ciel étoilé.

Avec les informations d'Edmonton AM

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !