•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fermeture de la frontière américaine bouscule les soins de santé de Manitobains

Un panneau lumineux et des affiches autour d'une route.

Un panneau au passage de la frontière américaine, en direction du Canada, indiquant que la quarantaine est obligatoire pour tous les voyageurs.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les restrictions concernant les déplacements aux États-Unis ont bouleversé les soins de santé pour de nombreux Manitobains qui habitent dans le sud-est de la province. Leurs médecins se trouvent principalement de l’autre côté de la frontière.

L’annonce de la prolongation de la fermeture de la frontière pour les déplacements non essentiels jusqu’au 21 février contraint, par exemple, les habitants de la municipalité rurale de Piney à réclamer l’aide de la province.

Ce que ça fait, c’est forcer le monde à prendre des décisions [difficiles] pour leurs soins de santé, affirme le préfet de Piney, David Beaudry.

L’hôpital le plus proche pour beaucoup de résidents de la partie sud de la municipalité est à Roseau, au Minnesota. Il y a aussi un cabinet médical à Warroad, aussi au Minnesota.

Une entente de longue date permet aux résidents des secteurs frontaliers d’accéder aux soins médicaux d’urgence au Minnesota.

Bien que les déplacements pour des raisons médicales soient permis dans le cadre des règlements d’Ottawa, une quarantaine de 14 jours est obligatoire lors du retour au Canada.

Souvent, ce n’est pas une option, affirme M. Beaudry. Vous avez des aînés qui ne peuvent pas conduire une voiture. Alors là, les personnes qui les conduisent et eux doivent se placer en quarantaine lorsqu’ils reviennent.

Les aînés sont vraiment touchés par [cette situation] parce que certains d’entre eux ont des problèmes médicaux qui requièrent des tests sanguins toutes les semaines et qui doivent faire ajuster leurs médicaments en conséquence. Ils souffrent vraiment, explique le préfet.

Souvent, un déplacement à Winnipeg est la seule solution, ajoute-t-il. Au lieu de faire 30 minutes de voiture pour se rendre à Roseau, il faut effectuer un trajet de 2 heures pour arriver à Winnipeg.

Mardi, le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a déclaré qu’il se battait pour les résidents de Piney.

Nous ne sentons pas que c’est juste ou correct. Les gens ne devraient pas être dissuadés d’obtenir des soins de santé qu’ils recevaient plus près de chez eux, affirme-t-il.

Il ajoute que la province a soulevé cette question auprès du gouvernement fédéral.

Cela semble logique et cela montrerait un peu de compassion pour les habitants de ce secteur, ajoute le premier ministre.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !