•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

État d'urgence en Ontario : un coup de barre s'impose à Ottawa

La Dre Vera Etches, médecin en chef de Santé publique Ottawa.

Le maire d'Ottawa Jim Watson et Dre Vera Etches, médecin en chef de Santé publique Ottawa accueillent favorablement les mesures additionnelles de confinement de la province, devant la hausse marquée de nouveaux cas dans la capitale fédérale. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Le maire d’Ottawa Jim Watson s’est rangé derrière le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, qui a déclaré l’état d’urgence et resserré les règles du confinement, mardi.

Le mois dernier encore le maire d’Ottawa Jim Watson se targuait d’être un bon élève en matière de gestion de la COVID-19. Il s’était d’ailleurs opposé au dernier confinement effectif depuis le 26 décembre, le qualifiant d’injustifié pour la population et les commerçants d’Ottawa. Mais le ton a changé et l'état de la situation aussi.

Il y a de grands défis et avec de grands défis, c’est nécessaire d’avoir de nouvelles actions, a indiqué Jim Watson.

C’est un maire résigné qui a pris la parole en point de presse, mardi, pour encourager les résidents à suivre les directives devant la hausse récente des nouveaux cas et des hospitalisations.

Jim Watson accorde une entrevue via visioconférence.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson est en accord avec l'état d'urgence en Ontario.

Photo : Radio-Canada

Lors du mois de décembre, la situation était plus positive pour la Ville d’Ottawa et je suis très fier [des efforts] des entreprises et des résidents. Malheureusement, au cours des dernières semaines, la situation a changé et la situation est plus sérieuse maintenant. C’est pourquoi j'appuie les décisions de la province de l’Ontario, a-t-il dit.

Un sommet atteint la semaine dernière

Au cours de la semaine du 3 janvier, Santé publique Ottawa (SPO) a enregistré 1008 nouveaux cas de COVID-19. C’est de loin la semaine avec le plus grand nombre de nouvelles contaminations au coronavirus depuis le début de la pandémie, indique la Dre Vera Etches, médecin en chef de SPO qui a sonné l’alarme encore une fois, mardi.

C’est une augmentation rapide. Et si les taux continuent d’augmenter à cette vitesse, ça va être difficile pour les hôpitaux. Ils devront annuler des rendez-vous pour les patients atteints du cancer, et ceux avec des problèmes cardiaques. On veut éviter cette situation, note la Dre Etches.

Mardi, Santé publique Ottawa (SPO) rapportait 63 nouveaux cas de COVID-19 depuis les 24 dernières heures. Depuis le début de la crise, 11 568 ont contracté la COVID-19 sur le territoire et 398 personnes en sont mortes.

La médecin en chef de SPO s’est dite particulièrement préoccupée par les hospitalisations qui ont presque triplé au cours des dernières semaines.

À la mi-décembre, une dizaine de personnes étaient soignées à l'hôpital pour des symptômes liés à la COVID-19 et une personne était suivie aux soins intensifs. Lors de son bilan quotidien mardi, la Dre Etches a fait état de 33 hospitalisations, dont 11 patients traités aux soins intensifs.

Selon la Dre Etches, un sérieux coup de barre s’impose afin de protéger le système hospitalier et protéger des vies.

Une femme accorde une entrevue via visionconférence.

La Dre Vera Etches, médecin en chef de Santé publique Ottawa.

Photo : Radio-Canada

Il est trop tard pour changer les chiffres d'aujourd'hui. Ce n'est pas ce que nous avons fait la semaine dernière qui a de l’importance maintenant, mais c'est ce que nous ferons ensuite qui fera une différence, a-t-elle dit.

Les nouvelles mesures qui entreront en vigueur jeudi à Ottawa prévoient notamment le port du masque à l’extérieur si la distanciation n’est pas possible, une limite de cinq personnes pour les regroupements extérieurs et la fermeture à 20 h des commerces essentiels toujours ouverts. Les autorités demandent aux gens de rester chez eux, sauf pour de rares exceptions.

Les gens qui ne respecteront pas les consignes s'exposent à des sanctions. Les policiers de la Ville d’Ottawa et les agents de réglementation seront chargés de faire appliquer les mesures qui s’apparentent [pour les résidents d’Ottawa] aux règles imposées lors du premier confinement, au printemps dernier, note le directeur général des Services de protection et d’urgence de la Ville d’Ottawa, Anthony Di Monte.

Le milieu juridique en accord avec les mesures sanitaires

En entrevue mercredi à l’émission Les matins d’ici, l’avocat Ronald Caza a précisé que les gouvernements ont la discrétion absolue dans l’élaboration de loi et de règlements entourant la santé de la population. Selon lui, le fait qu’il y ait des peines de prison qui pourraient être imposées contre ceux qui ne respectent pas le règlement est essentiel pour faire respecter la loi.

J’espère que dans certaines situations des gens pourraient aller en prison, il y a des gens qui mettent en péril la vie de dizaines de centaines de personnes.

Me Ronald Caza, avocat

Me Caza, n’est pas surpris qu’un homme et une femme de Durham, qui avaient été les premiers cas du nouveau variant de la COVID-19 détectée au pays, soient accusés d'avoir caché des renseignements aux autorités sanitaires. Selon lui, une telle disposition n’est pas nouvelle.

Lorsqu’il y a une maladie qui peut être transmise, lorsqu’on avait le SIDA par exemple, il y a eu toute sorte de jurisprudence, il y a des gens qui ont fait de la prison parce que sachant qu’ils pouvaient infecter d'autres personnes ne leur ont pas dit. Et des personnes en sont mortes [...] Le COVID c'est contagieux, et tu as une obligation de divulguer ceci et cette situation tu dois la respecter. Il faut qu’on les trouve ces situations pour les contrôler.

Le gouvernement de l’Ontario devrait donner plus de détails sur la nouvelle réglementation mercredi lors d’un point de presse.  Me Caza dit qu’il est important que la population ait accès à ces précisions pour bien comprendre et respecter les règles.

Des gens d’affaires demandent la collaboration de tous

Souvent critique envers les mesures de confinement depuis le début de la crise, la communauté d’affaires de la région semble elle aussi résignée.

Le Regroupement des gens d'affaires de la capitale nationale (RGA), par le biais de sa présidente, a parlé à l'unisson avec les autorités de santé publique, mardi, enjoignant les résidents à suivre les consignes.

On comprend le grand souci du gouvernement de l’Ontario [...] On demande à la population d'embarquer avec les entreprises pour résorber cette situation-là et de respecter le confinement et de respecter les mesures sanitaires afin qu’on puisse s’en sortir le plus vite possible, a déclaré Lise Sarazin, la directrice générale du RGA.

Cette dernière indique toutefois que ces nouvelles mesures risquent de causer des fermetures et des failles de commerces qui vont arriver plus vite que plus tard, déplore-t-elle.

Plus de détails sur les activités extérieures mercredi

Avec l’ordre de rester à la maison dès jeudi pour tous les Ottaviens, un flou persiste quant aux activités extérieures permises. Une chose est sûre du point de vue de la Dre Etches : Ce n'est pas pour tout de suite le ski dans le parc de la Gatineau.

La Ville d’Ottawa devrait avoir plus de détails mercredi, sur le volet des loisirs en plein air, notamment pour les patinoires extérieures. La Commission de la capitale nationale (CCN), qui gère la patinoire du canal Rideau, a dit être en consultation avec la santé publique des deux côtés de la rivière des Outaouais. Elle n’a toutefois pas indiqué si la plus longue patinoire du monde allait ouvrir prochainement ou non, à la lumière des nouvelles restrictions annoncées.

Avec les informations de Rémi Authier et Samuel Blais Gauthier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !