•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le privé à la rescousse du public pour des chirurgies d’un jour

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une porte bleue avec une petite affiche sur laquelle on peut lire : salle opération 3 avec un icône

La clinique Opéra MD, ouverte en 2017, est satisfaite de ce partenariat avec le CHU de Québec et l'Hôtel-Dieu de Lévis.

Photo : Radio-Canada

Des patients en attente d’une opération chirurgicale non urgente peuvent compter sur une entente avec le secteur privé pour accélérer le traitement de leur dossier. La clinique Opéra MD à Québec loue ses salles d’opération aux hôpitaux depuis septembre et a accueilli environ 300 patients.

D'autres régions ont aussi recours à cette mesure qui s'explique entre autres par les listes qui s'allongent en raison de la COVID-19.

Le personnel médical dans les hôpitaux étant réquisitionné pour prêter main-forte dans les unités de soins de la COVID-19, les hôpitaux sont forcés de reporter de nombreuses interventions chirurgicales.

En louant les espaces et le personnel d’une clinique comme Opéra MD, les hôpitaux s’assurent que des chirurgiens soient en mesure de poursuivre leur travail. C’est aussi une façon de réduire les listes d’attente.

On accueille des chirurgies d’un jour, et des patients qui n’ont pas de limitations de santé et qui ne nécessiteraient pas un séjour à l’hôpital après l’opération, explique Lise Langlois, directrice clinique d’Opéra MD. Nos salles ont exactement les mêmes outils et technologies que dans les hôpitaux publics, on peut pratiquement tout faire.

Des travailleurs de la santé dans une salle d'opération neuve avec de grandes fenêtres

Une des salles d'opération de la clinique Opéra MD

Photo : Radio-Canada

300 patients depuis septembre

Le ministère de la Santé souligne qu’il s’agit d’une mesure que les hôpitaux peuvent prendre depuis plusieurs années en vertu de la Loi sur les services de santé et services sociaux.

La clinique Opéra MD tentait de son côté d’effectuer ce genre de partenariat avec le réseau public bien avant la crise sanitaire. Finalement, en ce sens, on peut dire que la pandémie a été bénéfique pour nous puisque ça a accéléré ce processus. On a fait environ 300 patients depuis septembre, précise Lise Langlois.

Le CHU de Québec-Université Laval confirme avoir effectué une entente avec le privé et indique que 225 patients ont été opérés dans ce contexte.

Le CISSS de Chaudière-Appalaches s’est récemment tourné lui aussi vers le privé. Depuis le 24 novembre, 86 patients ont pu obtenir leur opération chirurgicale au privé, entre autres à la clinique Opéra MD.

Pour les deux établissements, la mesure est principalement utilisée afin de répondre à des chirurgies orthopédiques d’un jour.

Manque de personnel au public

La directrice clinique d’Opéra MD est bien consciente que le réseau public doit faire face à des obstacles supplémentaires pour trouver de la main-d'œuvre.

Ils doivent répondre à tous les besoins pour la COVID-19. Moi, je n'ai pas cette contrainte. Je fais appel à des travailleurs de la santé qui étaient à la retraite et qui souhaitent revenir dans le réseau, ou encore des travailleurs qui ont quitté le public depuis longtemps, ajoute-t-elle.

Lise Langlois assure qu’elle n'enlève pas de travailleurs au système public. Avec nos quatre salles d’opération, j’arrive à offrir du temps partiel, ce qui parfois peut être plus difficile au public.

De leur côté, les patients ne peuvent pas communiquer directement avec la clinique pour une intervention. Les patients nous sont tous référés par les hôpitaux, c’est comme ça que ça fonctionne, poursuit Mme Langlois.

Les patients qui obtiennent une intervention chirurgicale au privé doivent répondre à certains critères, comme celui d’être en bonne santé générale, et d'être en attente d’une chirurgie non urgente dans des délais de 120 à 180 jours, d'après la directrice clinique d'Opéra MD.

Avec les informations de Pascal Poinlane et Guylaine Bussière

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !