•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Créer la musique la plus honnête », le credo de la prometteuse Naya Ali

Portrait de la rappeuse Naya Ali, qui regarde vers un néon au plafond.

La rappeuse Naya Ali

Photo : Erhan Kip / Naya Ali

Radio-Canada

La rappeuse montréalaise Naya Ali a reçu lundi le Prix de la musique noire canadienne, remis pour la première fois par la Fondation SOCAN. Cette récompense représente un honneur et « un petit choc » pour cette artiste en pleine ascension avec sa musique sombre et sans compromis. 

C’est un honneur de recevoir un tel prix, a-t-elle affirmé en entrevue avec Catherine Richer, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18. Le respect pour la culture, c’est vraiment un aspect qui me drive en tant qu’artiste.

Obtenir la reconnaissance de ses pairs est particulièrement important à ses yeux, car ils comprennent, ils viennent de cette culture, de ce milieu, de cette musique, ils ont cette connaissance et cette sensibilité.

Un coup de pouce de l’univers

Après avoir sorti le microalbum Higher Self en 2018, puis son album Godspeed: Baptism (Prelude) l’an dernier, la jeune trentenaire voit sa carrière prendre de l’ampleur depuis environ un an. 

Cette accélération est pourtant le fruit d’un long mûrissement. Rien ne se fait du jour au lendemain. Ça m’a pris toute ma vie pour être la personne que je suis aujourd’hui, a déclaré celle qui s’est également livrée à de longs moments d'introspection. 

Naya Ali s’est consacrée entièrement à son art pour créer la musique la plus honnête possible, qui soit capable de toucher le plus de monde possible

Le reste, l’univers s’en charge pour moi, a-t-elle ajouté.

D’origine éthiopienne, Naya Ali a grandi à Montréal et c’est en anglais qu’elle rappe. Si elle regrette que le rap et le hip-hop ne jouissent pas encore de la même reconnaissance au Canada qu’aux États-Unis, elle estime que ça s’en vient

Le rap et le hip-hop ont un petit bout à faire pour devenir plus mainstream ici. Drake et The Weeknd sont canadiens. On a un beau réservoir au Canada et au Québec. On doit juste l’assumer de plus en plus.  

Bientôt une seconde partie pour Godspeed: Baptism (Prelude)

Naya Ali travaille actuellement sur la seconde partie de Godspeed: Baptism (Prelude). Le fait que la vie artistique soit ralentie depuis la pandémie s’est révélé être une occasion parfaite pour créer

J’ai le temps de penser et d’être avec mes pensées, a-t-elle confié. 

L’artiste a quand même hâte de remonter sur scène et de partir en tournée. C’est une des meilleures façons de connecter avec les gens, d’établir une connexion réelle et humaine. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !