•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des attentes élevées envers le nouveau ministre des Transports à Lac-Mégantic

Une locomotive bleue avec des lumières allumées en avant passe sur une traverse ferroviaire.

Des trains traversent encore le centre-ville de Lac-Mégantic.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La nomination d’un nouveau ministre des Transports soulève de nombreuses réactions à Lac-Mégantic. La Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire espère que l’entrée en scène d’Omar Alghabra ne ralentira pas la construction de la voie de contournement, prévue au printemps.

On souhaite que le départ de M. Garneau ait un impact sur l’amélioration de la sécurité ferroviaire, lance le porte-parole de la Coalition, Robert Bellefleur.

À plus d’une reprise au cours des dernières années, l’ancien ministre des Transports a été sévèrement critiqué par la coalition, en raison de la détérioration de la qualité des voies ferrées au pays.

Une mise en demeure lui a même été transmise pour le sommer d’interdire le transport de matières dangereuses sur les rails de Lac-Mégantic, mais sans succès.

Les attentes sont donc grandes envers son successeur.

« Nos voies ferroviaires n’ont pas été conçues pour le transport massif de convoi pétrolier, affirme Robert Bellefleur. Depuis [la catastrophe de ] Lac-Mégantic, il y a eu sept déraillements majeurs de pétrole au Canada. Est-ce qu’on peut dire que le problème est réglé? Je ne pense pas. »

Le plus récent rapport du Bureau de la sécurité des transports (BST) du Canada faisait état d’une augmentation de 17 % des accidents ferroviaires au pays comparativement à l'année précédente.

Des propriétaires dans l’attente

La Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire a aussi profité de cette nomination pour réitérer ses préoccupations, et mettre de l’avant les demandes des propriétaires, dont les terres seront scindées par la future voie ferrée.

Il n’y a aucune garantie d’accès à leur deuxième partie de terrain de l’autre côté de la voie, explique Robert Bellfleur. On s’inquiète aussi pour les amas de résidus qui pourraient rester sur certains terrains.

La Coalition réclame à Omar Alghabra un accès direct et entretenu à l’entièreté des terrains de chaque propriétaire. Elle demande aussi à ce que les tonnes de résidus générées par la construction de la voie de contournement n’encombrent pas indéfiniment leur terre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !