•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Record de décès par surdose en Saskatchewan en 2020

Une seringue, des pilules et de la poudre placés aléatoirement.

Le nombre de décès par surdose a plus que doublé en Saskatchewan depuis 2018.

Photo : Shutterstock / Chirachai Phitayachamrat

Le dernier bilan du Service des coroners de la Saskatchewan publié lundi indique que 379 personnes auraient succombé à une surdose de drogue dans la province en 2020.

Le Bureau du coroner précise que 172 décès sont d’ores et déjà entérinés et que 207 enquêtes sont toujours en cours pour confirmer le décès par surdose des victimes.

Ainsi, le nombre de décès aurait plus que doublé depuis 2018 alors que 171 personnes avaient succombé à la trop forte consommation d’une drogue.

Le directeur général de Prairie Harm Reduction à Saskatoon, Jason Mercredi, juge cette situation inacceptable. Cela nous montre que le gouvernement ne fait rien pour lutter contre ce fléau.

Il y a un manque flagrant de communication sur la stratégie du gouvernement sur la gestion des problèmes de surdoses.

Jason Mercredi, directeur général de Prairie Harm Reduction
Jason Mercredi pose dans la salle d'injection supervisée.

Le centre d'injection supervisée Prairie Harm Reduction de Saskatoon a pu ouvrir ses portes en octobre dernier. (archives)

Photo : Chelsea Laskowski

Le directeur général du Centre d'amitié Newo Yotina à Regina, Michael Parker, partage le même avis, d'autant plus qu'avec 82 décès confirmés en 2020, la ville est frappée de plein fouet par l'épidémie de surdoses.

C’est une farce, affirme M. Parker sur le ton de l’ironie. Plus d’un décès par jour en raison d’une surdose, c’est un de trop.

Il soutient qu’il y a des moyens de régler la situation. Bien sûr, il faut faire beaucoup de prévention, pour avoir des résultats à long terme mais il y a quelques stratégies de réduction des risques qui peuvent être utilisées, souligne Michael Parker.

Le directeur général du Centre d’amitié rappelle notamment son projet pilote de prévention des surdoses de Regina. Nous attendons toujours des nouvelles du ministère de la Santé pour que nous puissions ouvrir notre propre centre de prévention, explique M. Parker.

[Un centre de consommation supervisée] serait une des actions qui pourrait aider à réduire la mortalité des surdoses.

Michael Parker, directeur général du Centre d'amitié Newo Yotina

Des mesures mises en place

Au cours de l’année 2020, le gouvernement de la Saskatchewan a affirmé ne pas rester les bras croisés.

Près de 4000 trousses de naloxone, un produit qui prévient les surdoses, ont été distribuées dans les villes de Regina et Saskatoon sous la direction de l’Autorité de la santé de la Saskatchewan.

Le ministère de la Santé de la province indique que plus de 1,7 million de dollars ont été investis pour 28 nouveaux lits de désintoxication dans la province. Ces lits sont notamment installés dans les villes de Regina, Saskatoon, Moose Jaw, Prince Albert et North Battleford.

La province soutient également avoir investi 800 000 dollars pour financer des emplois d'intervenants en toxicomanie dans les services d’urgence de Regina, Saskatoon et Prince Albert.

Avec les informations de Grégory Wilson et Mercia Mooseely

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !