•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le paysage s'apprête à changer près de la place Émilie-Gamelin

Un promoteur souhaite ériger deux nouvelles tours résidentielles au coin de Sainte-Catherine et Saint-Hubert.

Une maquette de la tour Ouest.

Le promoteur immobilier Mondev souhaite bâtir deux immenses tours de logements locatifs près de la place Émilie-Gamelin.

Photo : Mondev

Le Comité d'études des demandes de démolition de l'arrondissement de Ville-Marie devra se prononcer le 3 février prochain sur un projet d'envergure déposé par le groupe immobilier Mondev, qui aimerait construire deux grands immeubles de logements dans un secteur névralgique de l'est du centre-ville de Montréal.

Le promoteur souhaite ériger deux tours résidentielles d'une vingtaine d'étages – incluant des basilaires de trois étages pouvant accueillir des commerces au rez-de-chaussée – et deux stationnements souterrains de 134 places chacun.

Pour ce faire, le promoteur devra démolir cinq immeubles répartis de part et d'autre de la rue Saint-Hubert, au sud de la rue Sainte-Catherine Est. Ainsi, deux demandes différentes ont été déposées. Celles-ci seront toutefois étudiées en même temps, dans trois semaines.

La première demande concerne quatre bâtiments contigus situés sur les rues Sainte-Catherine Est, Saint-Hubert et Labelle, qui hébergent entre autres le mythique restaurant Da Giovanni depuis sa fondation en 1954.

La seconde réfère à un cinquième immeuble sis à l'est de la rue Saint-Hubert, en face de la Place Dupuis, où l'on retrouve un restaurant McDonald's, un gym Econofitness, un magasin La Source et une boutique Ernest.

Une carte du secteur.

Le projet, dont le nom n'a pas encore été révélé publiquement par Mondev, verra le jour à l'entrée du Village, à un jet de pierre de l'UQAM.

Photo : Ville de Montréal

Déjà, les commerçants et les restaurateurs ont reçu des avis leur demandant de quitter les lieux d'ici la fin février. Le bar culturel L'Escalier, qui se trouvait au-dessus de l'ancienne Maison de la presse internationale, a déjà fermé ses portes à l'automne.

Un projet recevable et conforme

Dans les documents mis en ligne par l'arrondissement cette semaine, la Direction de l’aménagement urbain et de la mobilité de la Ville de Montréal écrit que la démolition des bâtiments est recevable et recommande au Comité d'étude des demandes de démolition d'évaluer favorablement la demande de Mondev.

Elle justifie sa recommandation par le fait que le projet de construction s’insère dans les paramètres de hauteur et de densité retenus par le zonage, et qu'il est conforme à la réglementation.

En outre, les bâtiments ne sont pas d'intérêt patrimonial; ils représentent une contribution négligeable à l'encadrement de la place Émilie-Gamelin; et leurs fondations ne sont pas conçues pour supporter les charges inhérentes à des bâtiments occupant le potentiel conféré par le zonage, précise la Direction.

Une maquette de la tour Ouest.

La façade de la tour ouest, devant la place Émilie-Gamelin, aura l'apparence de six gros blocs empilés, dont les volumes rappelleront les bâtiments avoisinants. L'immeuble accueillera 258 logements.

Photo : Mondev

Le concept a été présenté deux fois au Comité consultatif d'urbanisme (CCU), apprend-on dans les documents mis en ligne par l'arrondissement.

Ses membres ont notamment demandé au promoteur de relocaliser les locataires touchés par la démolition des immeubles.

Ils lui ont aussi enjoint de préserver l’enseigne Da Giovanni et [de] prévoir sa réintégration au site ou au nouveau site du restaurant, qui déménagera un peu plus loin, de façon temporaire, dans l'espoir de retrouver sa place une fois que les travaux seront achevés.

La devanture du restaurant a d'ailleurs été sélectionnée par l'arrondissement de Ville-Marie cet automne, de pair avec 18 autres enseignes commerciales d'intérêt patrimonial, afin de mieux protéger le patrimoine paysager du centre-ville.

Une maquette de la tour Est

La tour est sera plus sobre que celle située en face de la place Émilie-Gamelin. Elle comprendra 223 unités.

Photo : Mondev

Si ses demandes de démolition sont acceptées, Mondev devra verser à la Ville une garantie monétaire équivalant à 15 % de la valeur des bâtiments, soit environ 2,4 M$.

Le projet à proprement parler est évalué à environ 200 M$.

Peu de logements familiaux

Les deux tours de 60 mètres que souhaite construire Mondev accueilleraient un total de 481 logements locatifs, soit : 112 studios (23 %); 242 logements de 1 chambre à coucher (50 %); 103 logements de 2 chambres à coucher (21 %); et 24 logements familiaux de 3 chambres à coucher (5 %).

La firme ACDF Architecture travaille depuis deux ans sur le projet, qui a changé de concept à plusieurs reprises.

Les deux tours seront faites des mêmes matériaux – du béton et de la brique –, mais elles ne seront pas identiques : la façade de la tour ouest aura l'apparence de six gros blocs empilés, dont les volumes rappelleront les bâtiments avoisinants, comme celui du magasin Archambault, alors que la tour Est sera plus sobre.

On s'est un peu donné pour mission de célébrer l'est de Montréal, explique Maxime-Alexis Frappier, architecte chez ACDF. Et pour nous, l'est de Montréal, ça commence aussi par redonner un peu ses lettres de noblesse à cette portion-là de la rue Sainte-Catherine.

On n'est pas tombé dans le piège de faire un projet qui allait être trop criard. C'est une architecture articulée, mais qui a une certaine forme de retenue.

Maxime-Alexis Frappier, architecte chez ACDF

Selon M. Frappier, le projet de Mondev contribuera aux efforts de la Ville et des commerçants pour donner un nouveau souffle à la rue Sainte-Catherine Est, qui est fermée à la circulation chaque été depuis 2008 entre les rues Saint-Hubert et Papineau.

Il y a énormément d'énergies qui sont déployées, donc c'est tout à fait normal qu'on puisse voir que des promoteurs reprennent un peu de l'intérêt pour cette zone-là, observe-t-il.

Joint par Radio-Canada, Mondev a précisé que les unités qui seront construites près de la place Émilie-Gamelin ne seront pas des résidences de luxe, mais plutôt des logements de moyenne gamme. Les immeubles seront toutefois équipés d'un gym, d'un lounge et d'une salle consacrée aux événements.

Idéalement, la construction de la tour ouest commencerait cette année, et celle de la tour est, l'an prochain, a fait savoir le promoteur, qui mise sur une relance rapide du centre-ville après la pandémie de COVID-19.

Des critiques à prévoir

Les opposants à la démolition des bâtiments actuels ont jusqu'au 26 janvier pour se manifester auprès de la Ville de Montréal.

Déjà, mardi, la porte-parole du FRAPRU se désolait sur Twitter qu'il n'y ait dans les documents publics aucune indication que le projet inclut des logements sociaux.

Le Règlement pour une métropole mixte – qui prévoit un seuil minimal de logements sociaux, abordables et familiaux – n'entrera en vigueur qu'en avril, a rappelé Véronique Laflamme.

Il pourrait donc ne pas s'appliquer, ce qui serait inacceptable, selon Mme Laflamme, qui évalue que le projet devrait prévoir 96 logements sociaux en vertu de la nouvelle réglementation.

Le RAPSIM souhaiterait lui aussi que le projet puisse inclure des logements sociaux – et, idéalement, des appartements pour les personnes en situation d'itinérance.

Il redoute par ailleurs que l'arrivée de centaines de nouveaux résidents ne crée des problèmes dans un secteur où les sans-abri sont très nombreux, surtout depuis qu'un refuge temporaire a été aménagé dans l'hôtel de la Place Dupuis.

La cohabitation avec les personnes marginalisées, les personnes qui vivent dans la rue, des fois c'est difficile, explique l'organisatrice communautaire Joannie Veilleux. Il y a souvent le syndrome "pas dans ma cour".

Lorsqu'un projet immobilier attire autant de nouveaux résidents, poursuit Mme Veilleux, il y a souvent plus de plaintes qui sont faites [...] contre les citoyens et citoyennes qui habitent dans la rue. Et les policiers sont portés à intervenir davantage envers les personnes en situation d'itinérance, observe-t-elle.

Pas d'intérêt patrimonial, vraiment?

Héritage Montréal, pour sa part, conteste l'évaluation de la Ville selon laquelle les bâtiments ne sont pas d'intérêt patrimonial. Certains le sont, soutient la directrice adjointe des politiques de l'organisme, Taika Baillargeon.

Dans le cas du bâtiment qui abrite le restaurant Amir, par exemple, son entrée sculpturale et imposante est intéressante au niveau architectural, souligne Mme Baillargeon. Il est dommage, selon elle, que la Ville n'ait pas soulevé ce genre de particularité.

Mme Baillargeon craint aussi que les nouvelles tours soient trop imposantes pour le voisinage de la place Émilie-Gamelin, entourée pour l'instant de bâtiments beaucoup plus petits.

Enfin, la Société de développement commercial (SDC) du Village se demande si les commerces de proximité dont le secteur a besoin auront les moyens de s'installer dans les nouveaux locaux commerciaux qui seront construits par Mondev.

Avec les informations de René Saint-Louis et Philippe-Antoine Saulnier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !